31 août 2018

Racontage de vie et autres anecdotes


Ce soir, mon jardinier-en-chef m'a demandé si je connaissais les patatas bravas et vu la tête que j'ai tiré, il a eu la réponse. C'est un plat qu'il a appris à cuisiner quand il était ado et qu'il passait ses étés aux Baléares, donc ce n'est pas une recette "officielle" mais celle qu'il a retenu de ses séjours chez ses amis espagnols. Étrangement, il ne l'avait jamais réalisée.
Comme quoi, même après 20 ans de vie commune, on découvre encore des trucs !
Du coup, j'écris cet article avec une odeur délicieuse en arrière plan qui me titille les narines (et les papilles, vu que je n'ai pas pu ne pas goûter la sauce) (maintenant, je sais pourquoi l'emploi du terme "bravas" !).

Fin de l'intro sur fond d'anecdote perso... bah quoi, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas saoulés divertis avec un article fourre-tout, il fallait bien ça. Presque 3 mois, à l'échelle d'un blog, c'est long non ?
(je sais, je dis ça à chaque fois)
(cependant je caressais un peu l'espoir d'en écrire un par mois)
(histoire qu'il ne soit pas trop long....)

Donc, bref, oui, le fourre-tout, les anecdotes, et une prise de décision pas simple mais nécessaire. Vous la découvrirez si vous allez jusqu'au bout.


Lors de mon dernier passage, j'avais parlé de mon attrait pour Instagram et de mon dépit de ne pouvoir y participer activement pour cause d'équipement inadapté. Au final, je l'ai fait. J'ai acheté un smartphone "digne de ce nom" et j'alimente maintenant mon compte Instagram avec des tranches de vie et des anecdotes personnelles.
Ce n'est pas de la "vraie photographie", ce n'est pas mon but. D'ailleurs, je n'ai aucun objectif : je souhaite juste m'ouvrir une fenêtre sur le monde et découvrir d'autres visions pour échanger au lieu de vivre repliée dans ma bulle.
De ce fait, c'est déjà aussi foutraque que ce blog a pu l'être car tout y passe : des beaux moments que j'ai envie de partager, mes lectures en cours, des anecdotes sur l'écriture, mes petits pas pour tendre vers une consommation sensée, maîtrisée et responsabilisée (sur ce dernier point, j'ai encore du boulot !).

J'ignore combien de temps ma lubie durera, pour le moment j'apprécie mes rendez-vous quotidiens.  Instagram, c'est LE réseau social sur lequel je me sens à l'aise. Ce n'est pas compliqué, j'ai quasi abandonné Facebook, c'est dire ! (en même temps, hormis par périodes, je n'ai jamais été assidue sur FB)

Puis j'aime bien le rendu que j'arrive à obtenir, aussi foutraque soit-il !

J'ai conscience que l'achat d'un smartphone n'était pas indispensable et que c'est un caprice de ma part - surtout que j'accroche au final peu avec l'autre intérêt d'une telle possession, à savoir l'utilisation d'applications - et je sais combien c'est critiquable vu les ressources que ça demande.
Tant pis, je ne suis plus à une incohérence près. J'ai quand même pris mon temps pour choisir le modèle qui me conviendrait dans une gamme de prix que j'étais psychologiquement prête à mettre. J'espère juste que l'obsolescence programmée ne viendra pas me faire amèrement regretter cet achat...
En attendant, de m'en sert tout le temps pour différents usages et je vais aussi l'utiliser pour découvrir l'univers des podcast, qui m'étaient jusqu'ici inconnu car inaccessible.

En parallèle, j'ai quand même pris le temps de rattraper un peu sur le blog, en août vous avez pu constater la déferlante de retours de lectures (si vous suivez). On peut dire que j'ai beaucoup lu et donc diminué mes piles à lire ces derniers mois. Je suis plutôt contente de ce côté.

Par contre, côté écriture, le bilan est carrément mauvais, car j'ai eu un mal fou à m'y remettre.

Heureusement, j'ai des vieux textes qui nécessitent toujours que je passe du temps dessus, en particulier La canne au pommeau d'argent. Je m'occupe donc d'une passe de correction de forme assez sévère, pour traquer en particulier quelques tics d'écriture, ce qui me permet de rester dans le bain les soirs où je n'ai pas d'énergie pour écrire.
Concernant mes tics d'écriture, il y a des fois où je fais le choix de les conserver plutôt que de me retrouver avec des formulations tordues ou pas naturelles (surtout dans les dialogues). Parfois, je supprime carrément ce qui pose problème, quand aucune reformulation ne fonctionne et que c'est possible. Je programme déjà une lecture d'ensemble quand j'aurai bouclé cette passe de correction pour vérifier que je ne me retrouve pas avec des passages qui "accrochent" à cause de ces changements. C'est un projet sur lequel je n'ai pas fini de bosser alors qu'il finira sans doute... dans un tiroir. Comme les autres.


Pourtant, je trouve important de l'achever, tout comme j'espère terminer La panna cotta et écrire Juste changée, le dernier tome des Archives confidentielles. C'est un peu une question de principe, j'aime terminer ce que je commenc.
Après... j'avoue que je suis un peu blasée. Peut-être même beaucoup.
Je ne vais pas en parler ici en long, en large et en travers, disons juste que j'écris depuis 2006 et quand je vois pour quel résultat... je commence à songer que tout ça, c'est un beau gaspillage de temps et d'énergie.

Tout comme ce blog.
Cela fait déjà au moins deux-trois ans que je me questionne de façon régulière sur la légitimité de cet espace. Je n'arrive pas à trouver ni ton, ni rythme ; je trouve qu'il manque d'identité et surtout, je reste les fesses entre deux chaises sur bien trop de sujets.
Nous avons eu des discussions très intéressantes avec des copines autrices qui relancent le site Des auteurs à l'ouest. J'ai cogité en parallèle sur mes envies profondes et mes besoins pour les prochains mois. Tout en préparant les brouillons des lectures que je veux développer et en réalisant le temps énorme que j'y passe à chaque fois.
J'ai eu d'autres échanges avec des amies qui ne bloguent pas, mis les pieds dans d'autres espaces virtuels ou non, découvert avec beaucoup d'intérêt l'article de Manon Lecor sur l'importance des commentaires pour les blogs. J'ai réalisé à quel point, insidieusement, s'était glissée l'impression que je brasse de l'air pour du vent, aussi bien en écriture que sur ce blog.

J'ai fini par me dire que mes plumes ont fait leur temps et qu'il fallait avoir le courage de fermer cet espace à la fin de l'année.
Puis autre chose m'a fait réaliser que cela n'avait aucun sens d'attendre janvier 2019.

De ce fait, j'ai décidé de dynamiter ce blog en septembre.
Je souhaite quand même faire quelques sauvegardes - l'air de rien, il y a des pépites que je tiens à conserver pour rire les jours de moral pas au top, comme l'article sur les moussakas littéraires.
Donc je ne devrais pas passer à l'acte avant quelques jours.

Cette pause me fera du bien. Elle me permettra de prendre du recul.
J'ignore si je rouvrirai un blog un jour, la question ne se pose pas pour le moment.
Tout comme pour le rapport à l'écriture et à l'édition, je naviguerai à vue, afin de ne plus me prendre la tête. Si un jour je rouvre un blog, il aura une ligne éditoriale mieux ciblée et, je l'espère, des articles plus homogènes.

Vous avez donc sous les yeux mon dernier article de blog, car je ne pouvais pas supprimer Plumes Sauvages sans me fendre de quelques explications et surtout, vous dire MERCI.

MERCI à ceux et celles qui m'ont lue, en particulier aux personnes qui ont pris de leur temps pour me laisser des commentaires - au combien précieux !

Sur ce, ne m'en voulez pas, je ne tiens plus : il faut vraiment que j'aille goûté à ces patatas bravas...

16 commentaires:

  1. Je te suis depuis des années, je continuerai de te suivre, sur Instagram et sur CoCy.

    Parfois, il faut ce qu'il faut, et couper ce qui ne nous apporte pas grand chose (je parle bien-être, en priorité). J'ai supprimé plusieurs comptes sur des réseaux comme Twitter, c'était mauvais pour mon zen. Je ne regrette pas un instant, même si les premiers jours, on a encore le réflexe d'y jeter un coup d'œil, après on s'y fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça : le bien-être en priorité.
      C'est amusant, parce que pour Twitter, j'ai fait la même expérience que toi. Ça a été un vrai soulagement de supprimer mon compte !

      Supprimer
  2. Merci à toi pour tout ce que tu auras partagé par le biais de ce blog. Franchement, c'était un plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! et encore merci pour tous nos échanges par blogs interposés ou par ailleurs (d'ailleurs, je compte bien les poursuivre ! ;) ).

      Supprimer
  3. Merci à toi pour ces articles qui m'ont tant fait rire ou qui m'ont fait découvrir pas mal de choses, la lecture de ce blog a toujours été un grand plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ! Maintenant, on sera o-bli-gées de se voir plus souvent pour parler de nos lectures... :D

      Supprimer
  4. Maiiiis...
    Bonne route, j'espère que je pourrai quand même continuer à te suivre (j'aimais bien suivre tes lectures, tu m'as fait découvrir Sqeakfreak quand même et d'autres histoires aussi...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tant mieux si j'ai pu faire découvrir Freaks'Squeele à quelques personnes, cette série est géniale !
      Si tu peux, abonne-toi à mon compte Instagram, je vais m'organiser pour y parler des lectures qui me plaisent.
      (Insta est consultable sur PC, on peut s'inscrire pour suivre différents comptes sans obligation d'y poster, j'ai fait ça pendant des mois)

      Supprimer
  5. Pourquoi le "dynamiter" plutôt que le laisser en l'état ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas l'intérêt de laisser un site abandonné "pourrir" sans aucune mise à jour. J'aime bien laisser les choses propres derrière moi.

      Supprimer
  6. J'espère que cette interruption te fera du bien et te donnera envie de revenir, parce que j'aimais bien lire tes bavardages et tu m'as filé plein d'idées de lecture en plus ! <3 <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu que tu es aussi sur Instagram, nous garderons le contact. ;)
      (puis ton blog reste un de mes préférés donc tu peux compter sur moi pour commenter tes articles)

      Supprimer
  7. Je suis un peu triste, car c’est mon blog préféré, et je te remercie pour tous les bons moments passés à te lire. Tu as un ton unique, même si tu persistes à prétendre le contraire !
    Toutefois, je comprends cette question du « A quoi bon ? » et l’impression que les retours ne compensent pas le temps et l’énergie consacrés à l’écriture.
    Célia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais que tu comprendrais. Ne t'inquiète pas, nous restons en contact et je continuerai à te mettre des livres de côté. ;)

      Supprimer
  8. Je ne m'attendais pas à cette décision en commençant l'article, mais cela ne me surprend finalement pas. Cela faisait déjà un moment que tu te questionnais. Ton blog a eu une belle vie et j'ai été ravie de le suivre depuis... pfiou... 5e Saison, non ? (ça nous ramène quelques années en arrière, non ?).
    Je vais continuer de te suivre avec plaisir sur Insta ! A très vite ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, ça ne va pas nous rajeunir ni l'une ni l'autre... mon tout 1er blog, je l'ai créé avant même de découvrir 5ème saison, fin 2005 !
      Au final, 13 années à bloguer, je pense qu'il est un peu légitime que je me sois lassée.
      Je lève le pied de façon globale, j'ai aussi entamé un sacré "nettoyage" sur FB (j'ai quand même quelques scrupules à supprimer certains échanges, j'avoue ^^ ).
      Au fait, je t'ai déjà dit que j'adore tes photos, sur Insta ?

      Supprimer