11 août 2018

Lectures de juillet


Je suis enfin à jour dans mes retours de lecture ! En bouclant ma synthèse de juillet, pfff, j'ai comme un poids en moins sur la conscience (ou une tâche en plus biffée sur la to-do de mon BuJo...).

J'ai aussi beaucoup lu en juillet, cependant pour des raisons différentes du mois de juin : j'étais en congés, j'avais tout le temps de faire ce dont j'avais envie, comme j'en avais envie, où et quand j'en avais envie (oui, c'est ma définitions des vacances !).

Autant dire que je ne me suis pas privée. Surtout qu'avec la vague de chaleur, il faut se montrer honnête et objectif, les activités calmes comme la lecture restent le meilleur moyen de s'occuper sans se faire du mal !

En plus de ça - je ne suis pas raisonnable - j'ai cédé à la tentation suite aux offres proposées dans le cadre de deux opérations 7Switch, ma libraire virtuelle de prédilection (ou plutôt mon antre de perdition numérique), ce qui fait que j'ai un peu explosé ma pile à lire électronique. Comme je refuse qu'elle devienne aussi foutraque que ma pile à lire papier (c'est beau d'essayer), je tente là aussi d'écluser au plus vite mes dernières acquisitions, histoire de conserver un semblant de bonne conscience.

Je l'admets en dernière intention, j'ai acheté (et lu) pas mal de "conneries". C'est juillet, c'est l'été, c'est les vacances, donc c'est normal. Donc, tout comme pour le bilan de mai, j'avoue l'inavouable et j'assume. Vous allez voir, ça commence fort... vous avez tout à fait le droit de jaser !


Lecture n°30 : La courbe parfaite, tome 1 de la série Les idoles du stade, de Jaci Burton, traduit par Camille Perdican, publié par Milady.
Depuis le temps que ce titre est bradé lors des OP Bragelonne, il fallait bien que je finisse par mettre la main dessus. Surtout que la couverture nous a beaucoup fait rire avec les copines, alors, c'est bien de se moquer, mais autant parcourir la marchandise pour savoir de quoi on parle, non ?... Verdict final, c'est largement moins pire que ce que je croyais, c'est juste qu'en retirant les scènes de fesses, on perd au moins 50% du volume du roman. Oh, comment ça j'exagère ? Blague à part, c'est une romance sympa, même si ce n'est pas assez ma tasse de thé pour m'engager à lire les suites.


Lecture n°31 : Lucas, tome 1 de la série Les loups de Riverdance, de H. V. Gavriel, paru chez Milady.
Je vous assure que ce choix de lecture est accidentel. On mettra ça sur le compte des plumes, elles ont leur importance. Si si, vous les voyez bien, elles voltigent sur la couverture ! En vrai, je n'aurais que deux reproches à faire à ce roman : c'est un pavé (vraiment, j'ai conscience d'être faux cul de dire ça, mais il aurait gagné à être plus court) et le narrateur a un comportement un peu incohérent par moments. En dehors de ça, rien à dire, c'est un très bon roman d'urban fantasy dans lequel deux mondes finissent par rentrer en collision et j'avoue que malgré le côté pavé, la suite me tente bien.


Lecture n°32 : Baiser de sang, tome 1 de l'Héritage de la dague noire, de J. R. Ward, traduit par Eleonore Kempler, publié par Milady.
Depuis le temps que j'entends parler de l'univers particulier de J. R. Ward, il fallait que je lise un de ses romans, pour ma culture personnelle, même si en matière de couverture, je préfère m'abstenir de tout commentaire... surtout que le roman ne mérite pas ça. Il m'a bien plu dans l'ensemble, d'ailleurs, même si j'ai des bémols liés à la structure sociétale des vampires ; comme tout est logique et cohérent, c'est une question de goût personnel. Au final, j'ai trouvé que ce 1er tome est un bon roman urban fantasy, si les couvertures n'étaient pas aussi horribles, je lirais bien la suite.


Lecture n°33 : La petite librairie des cœurs brisés, d'Annie Darling, traduit par Florence Moreau, paru chez Milady.
Ce petit roman a été une excellente surprise et, très franchement, je vous le conseille chaleureusement si vous cherchez une lecture contemporaine pétillante, car c'est bien plus qu'une simple romance. Surtout si vous aimez suivre les tribulation d'une équipe de bras cassés décidée à sauver une vieille librairie. L'héroïne, contrainte malgré elle de sortir de sa zone de confort pour sauver ce petit monde, ne supporte pas les conflits (pas plus que le ménage). C'est dingue ce qu'elle parvient à gagner ou faire passer avec un simple "puisque tu le dis"... Je me suis bien marrée !


Lecture n°34 : Yamibushi, tome 2 du cycle 1 de la série Izunas, de Tenuta Saverio, Ketizia Bruno, Lupattelli Carita, traduit par Nathalie Nédélec-Courtes, publié par Les Humanoïdes Associés.
Cette lecture est la suite logique de celle du mois de mai, je n'ai rien à ajouter, si ce n'est que la fin de ce cycle m'a énormément plu ; j'espère pouvoir rapidement enchaîner sur le cycle 2 !


Lectures n°35, 36 et 37 : Morsure MagiqueBrûlure Magique et Attaque Magique, les tomes 1 à 3 de la série Kate Daniels, d'Ilona Andrews, publiés par MxM Bookmarks.
J'ai attaqué une énième lecture de la série Kate Daniels, dont j'ai acheté les 5 titres repris et publiés en grand format, sous de nouvelles couvertures, par les éditions MxM Bookmarks. Ma Carte Bleue n'a pas aimé la blague. Mon moral de vacancière a adoré. Inutile que j'en parle plus en détails, j'ai déjà effectué des retours sur cette série par le passé, je la relis régulièrement et j'attends avec une impatience trépignante le tome 6 car je veux lire la suite !... Cette série reste un de mes must-have. Je n'irais pas jusqu'à parler de romans doudous mais... en fait si, c'est exactement ça.


Lecture n°38 : L'or de tes mots, d'Ophelie Pemmarty, publié par les éditions MxM Bookmarks.
La dernière romance lue en juillet est très particulière car là, pour la peine, c'est une vraie romance, tout tourne autour des deux tourtereaux et de leur pas de deux ; si vous cherchez une intrigue de fond, vous ne la trouverez pas. C'était donc très risqué pour moi de me plonger dedans et pourtant, c'est passé comme une ballade irlandaise. Parce que c'est délicat, bien posé et que les deux amoureux avaient ce petit quelque chose qui fait que. Une lecture toute en finesse, à l'image de ces deux hommes, séparés par la vie, qui aimeraient rattraper le temps perdu.


Lecture n°39 : Ecoute le rossignol, de Lucy Strange, paru chez Castelmore.
J'ai terminé le mois de juillet sur une lecture jeunesse historique situé en 1919 que j'ai été tout d'abord à eux doigts de reposer tant elle était anxiogène, avant de me laisser complètement séduire par sa petite narratrice et la force de son imagination. Le grand frère d'Henry est décédé près d'un an plus tôt, laissant sa mère brisée. Les soins qu'elle reçoit ne l'aide pas et la jeune fille le sent, de toutes ses tripes. Mais en l'absence de son père, rien ne l'a préparée à affronter le médecin malveillant qui sape les vestiges de sa famille, sa confiance en elle... jusqu'à ce qu'une aide lui parvienne du fond des bois.

7 commentaires:

  1. Hi hi, tes premières lectures ont des couvertures afriolantes !
    Kate Daniels est une valeur sure, mais je ne me suis toujours pas décidée à me les offrir au format papier.
    La librairie des coeurs brisés donne bien envie, ça semble sympa comme tout.
    Célia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je te dis que certaines couv' affriolantes sont à la hauteur du contenu ?...
      (hum, non, on dira que je n'ai rien dit ^^)
      (et pour être honnête, certaines couv' sont au contraire à côté de la plaque de mon point de vue (c'est le cas pour le Ward))

      Supprimer
    2. Si tu me dis que certaines couv sont à côté de la plaque, je te crois sur parole, et cela m'inquiète un peu pour la mienne. Je vais collecter le maximum d'avis pour m'assurer que ce ne soit pas le cas.

      Supprimer
  2. Salut Roanne, ça fait un bail :-) le synopsis du numéro 39 de ta liste est effectivement un peu inquiétant - de mon côté j'achève en ce moment le cycle temporel de Connie Willis par "le grand livre", ou l'héroïne est transportée au Moyen-Âge, a l'époque de la grande peste (également, un peu anxiogène comme lecture:-). En tout cas je me note tes numéros 33, et 35 a 37. A bientôt ! Mathieu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, merci pour l'info sur le Connie Willis, j'ai adoré son diptyque situé pendant la seconde guerre mondiale, ça m'intéresserait de savoir ce qu'elle a pu faire avec le moyen-âge.
      En tout cas, tu m'as bien fait rire pour les lectures notées, parce que ce n'est pas ce que j'aurais conseillé en priorité à un lecteur masculin (comme quoi... ^^).
      Merci d'être passé. ;)

      Supprimer
  3. Snif, j'aimerais être capable de lire autant que toi, en ce moment j'y arrive pas, rien ne m'emporte en dehors de bouquins de dév perso.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, quand je lis autant, en général, c'est parce que je n'ai aucune énergie ni aucune créativité, alors il n'y a rien à envier...
      (bon, là, on mettra plutôt ça sur le compte des congés, que j'ai passé à buller en priorité).

      Supprimer