7 juillet 2018

"La lune est à nous", de Cindy Van Wilder


Max et Olivia n'ont pas grand-chose en commun. Max, solitaire et complexé, peine à s'intégrer dans son nouveau lycée. Olivia, sociable et hyperactive, vient d'être recrutée par la très populaire chaîne YouTube " Les Trois Grâces " et s'investit dans le milieu associatif. Ils n'ont rien en commun, si ce n'est qu'ils sont en surpoids, et que le monde le leur fait bien payer. Lorsqu'ils se rencontrent, ils se comprennent instantanément. Et décident de réagir – chacun à sa manière. L'habit ne fait pas le moine, dit-on... Ni Max ni Olivia ne s'attend aux défis qu'ils vont rencontrer. Et si l'aiguille de la balance n'était pas le seul challenge ? Et s'il était possible de décrocher la lune, même après être tombé à terre... ?

Enfin, je me décide à parler de mon 2ème coup de cœur de mars dernier, à savoir le roman young adult et contemporain de Cindy Van Wilder La lune est à nous. Ce titre vous intrigue ? Sachez qu'il est approprié à 200%, mais pour comprendre le pourquoi du comment, eh bien, il faut le lire !

Comme je l'avais signalé dans mon retour de lectures, ce roman est une réussite à tous les niveaux. La couverture est juste magnifique dans sa fausse simplicité naïve, le texte prenant et les personnages pur sucre ; pas seulement Max & Olivia, mais aussi tout leur entourage, leurs amis, leurs familles, même ceux qui n'ont pas la côte en début de roman révèlent des failles qui les rendent attachants.
Après, il y a aussi des personnages détestables : il en faut bien vu le sujet principal du roman.


J'ai lu pas mal de romans young adult qui traitent des différences et de harcèlement (c'est la grande mode du moment côté éditorial, j'ai l'impression, j'ai encore d'autres romans sur ces sujets à lire, par ailleurs) et j'avoue que je conserve un attachement plus particulier pour La lune est à nous, sans doute parce que la narration à deux voix - celle de Max et celle d'Olivia - y fonctionne comme une mécanique bien huilée. Aussi différents soient-ils (leur surpoids est leur unique point commun au début du roman, à vue de nez !) leur amitié sonne comme une évidence. Ils sont complémentaires, capables de s'entraider avec une compréhension instinctive et vont ainsi devenir chacun le pilier de l'autre quand tout n'ira pas si bien que ça et qu'ils auront besoin de ce soutien.

Le point fort du roman, quand il aborde la thématique du harcèlement, c'est qu'il en balaye plusieurs aspects, des petites piques démontrant l'intolérance ordinaire au quotidien aux levées de boucliers via réseaux sociaux interposés (c'est si facile de harceler quand on est caché derrière son écran...) : de l'attaque ciblée d'un individu au matraquage en règle provoqué par un phénomène de groupe, pas facile de traverser la période charnière de l'adolescence.
Surtout que contrairement aux apparences, il n'y a pas besoin d'être si différent pour en être victime : il suffit parfois de déplaire à la mauvaise personne, celle qui a assez de charisme pour manipuler à loisirs, pour en faire les frais. La différence apporte juste un angle d'attaque "facile" / "évident" dans lequel s'engouffrer... et les narrateurs de Cindy en font la désagréable expérience. Heureusement, ils peuvent compter sur leur entourage (même si ce n'est pas évident au départ pour Olivia) et sortiront renforcés.

Bref, un roman qui aborde des thématiques contemporaines sans oublier de rester feel good... pas étonnant que j'ai autant apprécié !
Oh, j'allais oublier ! Le bonus "Bienvenue en Belgique !", en postface, vaut vraiment la lecture. On sent que l'autrice s'est beaucoup amusée à concocter ces anecdotes sur son pays et c'est contagieux !

2 commentaires:

  1. Tu me donnes encore plus envie de le lire, il faut que je l'achète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te promets que tu n'auras pas matière à regretter !

      Supprimer