6 juin 2018

Ce n'est pas (tout à fait) de ma faute... mais...

Ça, en fait, c'est l'état que je tente d'éviter.
(et ça n'a rien à voir avec d'éventuelles araignées ou scutigères véloces)

... Je réalise que j'ai abandonné ce blog depuis des semaines !
Du coup, j'ai plein de trucs à y remonter, auxquels s'ajoutent des changements de plans qui justifient un peu l'emploi du gif ci-dessus.

Alors, avant que je m'affole.
Qui possède un retourneur de temps ?
Personne ?... c'est bien ce qu'il me semblait, cependant ça ne coûtait rien d'essayer.

* respire un bon coup *

Pour ne pas faire trop long, promis, je vous colle surtout des illustrations et des photos, dans cet article. En effet, ce sera un vrai fourre-tout, comme souvent, mais vous pourrez le parcourir sans y passer des plombes ! M'enfin on ne va pas se mentir. Ce sera un peu long quand même... puisque je vous dis que j'ai pleeeein de trucs à vous remonter !

Si avril avait déjà été un mois bien chargé cette année, celui de mai l'a été encore plus. Il y avait tant de choses à faire ou à improviser que je ne pouvais pas être partout. Par contre, là où j'ai décidé d'être... j'ai fait acte de présence, tant qu'à faire. Enfin. A ma façon.

Cela m'a beaucoup aidée à avancer sur ce sujet !
Être soi-même, c'est un facteur de bonheur !

Pour commencer, j'étais invitée de longue date à un mariage qui a nécessité une certaine organisation car il se déroulait à côté de Toulouse. J'y ai donc consacré un week-end à rallonge et ça m'a permis en coulisse de déguster du limoncello (très important dans le cadre de l'un de mes projets d'écriture ; si si ; je vous assure ! ce n'est pas Elikya et Sytra qui me contrediront !) et justifier la repousse de ma tignasse (cliquez sur les photos pour mieux voir). Même si le mauvais temps m'a poussée à me rabattre sur un pantalon, j'ai eu la sensation d'être glamour ; et bien que la bombe de spray dont j'ai été aspergée prétendait offrir une "texture scandaleuse", je me suis bien tenue et ma réputation n'a pas souffert de la moindre effronterie (mes cheveux par contre... je crois qu'un hamster aurait été content d'y faire son nid !).

J'étais partie sur un look bohème et la coiffeuse l'a joué à fond...
ça en jette, non ? sûr qu'après, ma modeste queue de cheval fait un poil pitié.

Juste après cet événement, alors qu'il restait plein de truc à faire du côté de mon jardin ma prairie, Elikya m'a filé un sacré coup de pouce et j'ai pu m'organiser, à l'arrache, pour monter à Épinal pour les Imaginales... que je n'avais pas fait depuis 2015 (donc depuis l'édition de La pelote d'épingles).

Ma trombine, en compagnie de Célia Flaux et Stéphane Pavanelli.
Cliché pris alors qu'on était tout frais, au 1er café... ça n'a pas duré ! ;)
Crédit photo @Célia Flaux 

Les Imaginales, pour les amateurs de littératures de l'imaginaire, restent clairement the place to be de la fin mai. C'était génial mais j'ai de nouveau vécu la grande frustration de ne faire que croiser (et même de manquer !) des copains et copines de longue date.

Oui, j'ai encore fait des folies !
Franchement, qui cela étonnera-t-il encore ?

Aller aux Imaginales, c'était partager des heures de discussions serrées à 4 dans une Ford Ka, pouvoir dire à des auteurs que j'aime leurs romans, en encourager d'autres sur leurs projets, décrocher des dédicaces improbables, suivre des tables rondes intéressantes, en manquer plein d'autres, parler de sujets a priori sans rapport avec l'écriture (entretenir des plantes en intérieur, les 4 accords toltèques, les galères pro, la décroissance / simplicité volontaire, la vie rêvée de nos 20 ans vs la vie réelle de nos 40...).
Du coup, je n'avais presque plus de voix au retour.

Cela peut paraître étonnant, n'est-ce pas ?
Mais j'ai bien discuté d'accords toltèques à Épinal.

Le samedi, il faisait tellement chaud que j'ai esquivé le festival l'après-midi - il y avait de toute façon trop de monde - pour visiter le nouveau musée de l'Imagerie d’Épinal dédié aux techniques d'impression. Sincèrement, si vous passez à Épinal, faites le détour ! Il vaut ses 11 € l'entrée et - excellent point me concernant - les écouteurs des tablettes qui guident et accompagnent la visite sont compatibles avec des prothèses audio.

Ce musée est très ludique, on peut entre autres coloriser sa propre planche et la recevoir par email !

Par contre, je n'ai toujours pas eu le temps et le courage de monter voir les ruines du château.
L'année prochaine, si tout se passe bien ?... (et que le temps s'y prête ?)

Au final, c'était chouette de refaire les Imaginales, tellement qu'après, il faut gérer le coup de blues provoqué par le retour à la réalité. Je ne sais pas si je me sens mieux de savoir que je ne suis pas la seule à en souffrir...

Mes autres craquages du week-end, des cartes, un carnet juste sublime et un tote bag à offrir.

Dans mon cas, j'ai eu la chance d'enchaîner avec les Geek Faëries, ce qui ne m'a pas franchement autorisée à m'apitoyer trop fort. Cette fois-ci grâce à Nynaeve, qui m'a envoyé un message du style "il reste une chambre dans le gîte vendredi soir, tu viens ?"
Je n'allais pas dire non, quand même !
Du coup, j'y ai passé une seule journée, mais c'était suffisant en tant que visiteur improvisé qui n'a pas étudié le programme.

Par contre, je n'ai quasi pas pris de photos... Du coup, vous n'aurez que celle de La bibliothèque vivante, dont j'ai trouvé le concept extraordinaire. Toute personne qui souhaite échanger / partager sur un sujet le note sur une fiche avec ses disponibilités, utilise un livre comme support, elle est ensuite contactée par les autres festivaliers intéressés par le même sujet et tout ce petit monde se trouve un créneau commun, s'installe sur des chaises, des bottes de paille ou à même le sol pour discuter, disserter, et que sais-je encore. Certains sujets étaient surprenants ! à certains moment, il y avait beaucoup de monde et pas assez de bottes de paille.
Comme quoi, contrairement aux idées reçues, les geeks aiment créer du lien social sans complexe !

La bibliothèque vivante et ses animateurs bénévoles de chic et de charme !
(et accessoirement, mes hôtes le temps d'une soirée ! notez qu'ils cherchent des bénévoles pour l'an prochain)

J'ai un attachement particulier pour les Geek Faëries, que je n'avais pas non plus couvertes depuis 2015. L'ambiance y est unique.
En plus, ce qui ne gâche rien, il reste une très bonne boutique de fromager-affineur dans le centre-ville, ce qui fait que j'ai quitté Selles-sur-Cher avec de jolies réserves, sans oublier le fromage de chèvre emblématique du cru !

Avec tout ça j'ai pas mal cogité au sujet d'Instagram, média que j'ai découvert sur le tard et que je trouve vraiment sympa. Changer ou non de smartphone et de type d'abonnement pour faire vivre un compte ? Pour éviter cela, j'ai même cherché des alternatives afin de pouvoir utiliser mes photos reflex à partir de mon PC, mais aucune ne m'a vraiment convaincue pour le moment.
Vu le prix à y mettre (que ce soit pour l'acquisition d'un smartphone doté d'une bonne capacité côté photo ou pour un abonnement adapté), j'ai pour le moment renoncé.

La preuve que j'ai cherché des solutions alternatives !

Ce n'est peut-être pas plus mal : il faut que j'arrête de me disperser !

Car à force de vouloir tout faire, je l'ai bien compris, on finit par ne rien faire.

Donc, j'essaye de me mettre un peu de plomb dans la tête (au sens figuré, on est bien d'accord ?).
Surtout qu'aux Imaginales, j'ai recroisé les éditeurs du Chat Noir et, à ma grande surprise, Mathieu n'a pas oublié La panna cotta et m'a même relancée dessus. Du coup, je revois complètement mes plans pour placer sa rédaction en priorité. Je m'y remets doucement mais sûrement, tout en continuant à cogiter un peu sur Octavia et Juste changée. Je trouve regrettable de ne pas être capable d'écrire trois romans en même temps, mais vu que je ne suis déjà pas fichue, depuis 3 ans, d'en écrire un seul, j'ai plutôt intérêt à rester modeste sur le sujet.
Côté correction, j'ai déterré La canne au pommeau d'argent, ce projet n'est finalement pas mort mais j'ai un gros travail à réaliser au scalpel sur la forme pour lui assurer un autre avenir qu'un fond de tiroir. Et bien sûr, je n'ai pas encore terminé les corrections de fond sur Juste tatouée, mais ça va venir (heureusement, Juste humaine est bouclé depuis quelques semaines, de son coté).
Si on m'avait dit, en début d'année, que l'écriture reprendrait une telle place dans mon quotidien, je n'y aurais pas cru un instant !

Dans tous les cas, je me replonge dans le quotidien de La panna cotta, retrouvant avec joie Capucine (que j'imagine tellement bien sous les traits d'une petite sœur de Reese Witherspoon ou Emma Stone !), Térence, Mélissa, Pierrot, Olivier, Antonio, Suzie, Valentin... sans oublier muse, licorne et luciole !
Beaucoup de personnages ? Eh bien, pas plus que dans La pelote d'épingles, alors il faut que j'arrête de stresser, je suis capable de gérer ! Il y a toujours eu beaucoup de personnages dans mes romans et je sais leur faire de la place. Il faut juste que je me retrousse les manches et que je bosse.

Reese Witherspoon aurait vraiment été parfaite et elle m'inspire beaucoup pour Capucine.
En plus, elle va revenir dans un 3ème volet de La vengeance d'une blonde.
En fan de l'actrice, je ne pourrai pas manquer ça !

Malgré tout, je ne laisserai pas l'écriture devenir trop invasive. Marcher me fait toujours autant de bien - j'ai été moins assidue en mai, je m'y remets avec un grand plaisir ! - j'essaye de profiter de ma prairie dès que le temps le permet, j'essaye de ne pas lâcher mes copines et de conserver du temps pour moi et pour lire - pas forcément des romans. Concernant ce blog, je vais reprendre gentiment mes retours de lecture, sans me mettre la pression. Ce serait dommage de bâcler alors que j'ai beaucoup de bien à dire de certains livres !

Laissez-moi juste le temps de mettre à jour mon BuJo, mes listes de lectures, mes priorités et je reviens !

D'ici là, prenez soin de vous, de toutes les façons possibles.
La bienveillance fonctionne mieux quand on l'applique d'abord à soi-même...

Non, je ne raccroche pas !
Accessoirement, j'adorerais fabriquer un tel porte-manteau...
Dommage que je ne sois pas douée en matière de bricolage.

6 commentaires:

  1. Quel moi de mai ! C’était un plaisir de partager toutes ces aventures avec toi et j’agite mes pompoms pour soutenir tes projets littéraires. Yes, you can ! Tu as su dompter une tripotée de personnages dans La Pelote et la Canne au pommeau d’argent, la Panna Cotta n’a qu’à bien se tenir.
    Elikya

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci miss ! Bon, ces derniers jours ça n'a pas été ça mais je m'y remets ASAP ! ;)

      Supprimer
  2. Chapardeuse08 juin, 2018

    Comme Eliya, je me mets en mode fan pour te soutenir et t'encourager, tu ne feras qu'une bouchée de la Panna Cotta !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si seulement !... :))

      (m'enfin, je prends tous les encouragements, je vais en avoir besoin)

      Supprimer
  3. *se munit de pompoms*
    Super programme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci miss, j'espère juste que tu ne vas pas avoir une tendinite à force d'agiter les pompoms, fais des pause de temps en temps ! ;)

      Supprimer