21 septembre 2016

Lectures d'août

Je vous l'ai promis en début de mois, ce sera court et concis !

Ce n'est pas compliqué : uniquement des (très) bonnes surprises en août, des lectures que je conseille / recommande si les titres en question font partie de vos genres de prédilection ou de vos centres d'intérêt.

Pour commencer, j'ai évidemment lu Iceltane, de Célia Flaux, paru aux édition Voy'[el], le roman-carotte dont j'avais promis de ne pas le lire avant d'avoir terminer le 1er jet de La panna cotta. J'ai craqué... et j'ai bien fait, parce que même si cette romance planete-opéra n'était a priori pas forcément ma tasse de thé, je me suis retrouvée plongée dedans... au point d'arriver en retard au travail. Si Si.


Après ce roman, j'ai enchaîné sur L'étoile de la nuit...
Il s'agit du 1er tome de la série Freaks'Squeele sous sa version roman, publiée chez Bayard et dont j'ai déjà parlé à de multiples reprises. 
Forcément, pour ceux qui connaissent l'univers, il y a des redites : les auteurs Florent Maudoux et Ophélie Bruneau ont choisi de bien "recontextualisé" pour les lecteurs qui ne connaissent pas la série originale (purement graphique, parue chez Ankama éditions), et en effet j'estime que ce n'est pas du luxe quand on "débarque" dans ce monde alternatif.
Pour ma part, je me suis encore bien amusée avec cette lecture, même si je conserve une petite préférence pour les aventures en version graphique. L'avantage du roman, c'est que les auteurs peuvent offrir plus de détails et d'informations, donc on en découvre encore plus sur les personnages. Et ça, c'est priceless !


J'ai aussi mis la main sur Un mal souterrain, le tome 2 de la série Hantée de Maureen Johnson, traduit par Maud Desurvire, toujours chez Michel Lafon Poche. Vu les événements de la fin du tome 1, Rori est marquée (dans tous les sens du terme) et si sa narration reste toujours pleine d'humour, le roman est aussi plus sombre.
La fin m'a littéralement scotchée et je suis terriblement frustrée car l'éditeur a visiblement suspendu la publication du tome 3. Cela me donne juste envie de mordre.


Voilà, c'est tout côté romans en août, on voit tout de suite quand je déborde.
Du coup, j'ai quand même consacré du temps à d'autres lectures.

J'ai commencé par rattraper mon retard sur la série Soufflevent, avec le tome 2 Côtes pirates - Monts andémiens et le tome 3 Alexandrie - Dent de Parnasse. J'avoue que je fais partie des lecteurs qui ont été un peu surpris par l'évolution du look de Coline (désolée, je n'ai jamais été fan de Dragon Ball, et ça m'y fait furieusement pensé), cependant j'ai de nouveau été aspirée par la douceur des graphismes de Xavier Colette et la narration d'Andoryss, je suis toujours aussi fan de Typhon et j'ai hâte de lire la suite, toujours prévue chez Delcourt. Je surveille.


J'ai ensuite complètement changé de décors et de style avec la poursuite de la série Bride Stories, de Kaoru Mori, traduite par les éditions Ki-oon. Ces mangas mélangeant petite et grande histoire de pays très peu connus, traversés par l'ancienne route de la soie, est toujours aussi plaisante à suivre.
Les tomes 4 et 5 mettent en scène des jumelles dont le comportement (bien souvent immature) rappelle sans cesse que malgré leur désir de trouver un époux, elles n'en restent pas moins des adolescentes (leur prise de conscience à la fin du tome 5 est particulièrement flagrante et touchante à la fois). Avec le tome 6, on revient auprès d'Amir et Karluk pour mon plus grand bonheur, même si le sort réservé à leur petite ville par certaines personnes malavisées fait froid dans le dos.

 


Pour finir, j'ai découvert le Petit guide de la robe vintage, publié par Cécile Guillot. Ce guide se veut avant tout un outil de découverte, à la façon d'une introduction concise, à la mode "populaire" allant des années 1940 aux années 1970. 
Pour chaque décennie, l'autrice précise et illustre les grandes tendances sans trop entrer dans les détails, indique les morphologies que chaque style met le plus en valeur, puis donne ses trucs et astuces pour chiner, choisir et entretenir ses vêtements vintage sans se ruiner, loin des vêtements de créateurs et de grands couturiers (pour la plupart inaccessibles au commun des mortels).
Au passage, Cécile explique bien la différence entre les "vrais" vêtements vintage (= vêtements d'époque) et les vêtements rétro (= vêtements actuels réalisés avec des patrons d'époque ou imitant le style).
Ce guide n'est clairement pas à destination des amateurs qui ont déjà une solide connaissance de la mode de la 2ème moitié du XXème siècle. Par contre, je le recommande à toute personne qui a envie de s'y initier. Vous risquez juste, en guise d'effet secondaire, de ressentir l'envie de sortir un vêtement vintage de son cocon au doux parfum de naphtaline ! Avouez qu'il y a plus désagréable.



3 commentaires:

  1. Ahhh, grrr pour les maisons d'édition qui ne vont pas au bout d'une série. Terriblement frustrant ! Je crois que je serais capable de mordre! lol
    Ce monde de Freaks me tente beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, ça me file la rage, à force ! ^^

      Franchement, concernant Freaks, si le concept te botte, n'hésite pas à attaquer la série graphique : c'est à mi-chemin entre comics et manga, bourré de références pulp et d'humour, et surtout la série se tient parfaitement sur ses 8 volumes, avec une très belle fin. Sans compter les situations priceless et les personnages pur sucre...
      En fait, je serais étonnée que tu n'apprécies pas, j'avoue. ;)
      (la série est dispo sous 2 formats différents, donc attention si tu aimes avoir une collection uniforme)

      Supprimer
  2. Je ne me sens pas du tout coupable concernant ton retard au boulot. Mais alors pas du tout. *Danse de la joie*

    RépondreSupprimer