10 avril 2016

Lectures de mars

Une petite pause s'impose entre les articles sur le désencombrement et sur l'organisation afin de revenir sur le mois de mars, riche en lectures de styles et genres différents : ce serait dommage de ne pas en parler.

Pour commencer, j'ai lu les tomes 3 et 4 de la série Une aventure de Sabina Kane, de Jaye Wells, traduits par Michelle Charrier pour Orbit.
Concernant cette série, je rappelle que le tome 1 Métisse ne m'avait pas super convaincue, par contre j'avais trouvé que Rouge sang, noir magie relevait le niveau, donc j'étais curieuse de lire les suites.
J'ai eu de la chance, elles m'ont été prêtées, donc je me suis dépêchée de les lire afin de pouvoir les rendre au plus vite.

Et là, j'avoue... je reste vraiment dubitative concernant la série dans son ensemble. Que ce soit La tentation des ombres ou Le démon de la vengeance, je n'arrive pas vraiment à définir ce que j'en pense et je n'ai pas véritablement accroché. J'ai l'impression que, de façon globale, c'est l'héroïne qui me pose un peu problème, mais pas que, sans pouvoir mettre la main dessus. Du coup, je lirai peut-être le tome 5 (si je peux aussi l'emprunter) mais rien n'est moins sûr...

 



Après ces lectures, je voulais un roman frais, sympa et garanti feel-good. Je me suis donc tournée vers la nouvelle trilogie de l'auteur Kerstin Gier, découverte l'an dernier avec la trilogie des joyaux, et franchement je n'ai pas eu à regretter l'achat coup de tête du Livre Premier de la série Silver, traduit par Nelly Lemaire pour les éditions Milans.

Dès le départ (narrant un petit souci lié à l'ouverture d'un fromage dans un aéroport...) je me suis amusée avec cette lecture.
J'adore, décidément, les personnages de cette auteure : ses textes ne sont jamais mièvres, il y a même un moment tout à fait poilant concernant une discussion sur la virginité de Liv qui, pour une fois, dédramatise complètement là où la plupart des auteurs en font tout un plat. 
Bref, j'ai adoré, j'ai passé un bon moment à me perdre avec les héros entre les portes des mondes oniriques qu'ils parcourent et modèlent. J'ai hâte de lire les suites.

En plus, cerise sur le gâteau, je viens de m'apercevoir que le tome 2 est sorti en mars. 
Hop, en wish-list ! En plus, j'ai envie de savoir qui se cache derrière Secrecy.

(j'ai conscience qu'avec une couv' pareille, 
la plupart des lecteurs ne s'attendent certainement 
pas à découvrir une petite pépite... d'humour !)
(si vous cherchez du YA romanesque, vous risquez d'être surpris)

Le roman suivant, qui est aussi de l'urban fantasy young adult, possède un ton complètement différent. Chat Blanc, le 1er volume de la série Les faucheurs, est aussi un coup de cœur, mais pour d'autres raisons.
Ce roman de Holly Black, traduit par Jean-Pierre Pugi pour Fleuve Editions entraîne le lecteur dans une chasse aux souvenirs puisque le héros est manipulé, sa mémoire effacée ou remaniée, tout au long du roman ; il doit lui-même inverser la tendance pour espérer s'en sortir... le tout sachant que les problèmes qu'il affronte sont provoqués par les personnes censées être les plus proches de lui. Il semble bien que sa famille soit quelque peu, comment dire ? Dysfonctionnelle ? Dans tout les cas, difficile de ne pas virer parano dans un tel environnement... mais au final, un peu de parano, c'est certainement ce qui permet à Cassel de rester en vie.


Après autant d'urban fantasy, une petite envie de roman contemporain m'a poussée vers Fangirl. Ayant a-do-ré Eleanor & Park, j'ai mis la main sur le premier roman de son auteur Rainbow Rowell pour le lire à son tour, en espérant que les avis mitigés / négatifs découverts dessus ne m'empêcheraient pas d'apprécier ce pavé roman.
J'avoue que je reste très... à cheval entre deux ressentis. Traduit par Cédric Degottex pour les éditions Castelmore, je ne peux pas nier que ce roman possède de belles qualités, en particulier le courage de mettre en avant une héroïne très délicate à manœuvrer, puisque Cath est victime d'une forme d'inadaptation sociale (sa lutte au quotidien est même le cœur du roman).
Du coup, elle m'a fait penser à l'héroïne hyper-introvertie de Jane Austen dans Mansfield Park. Ces personnages sont "risqués" pour un auteur, car pas mal de lecteurs n'accrochent pas avec eux. Pourtant, ils méritent aussi d'être mis en valeur, ils n'ont pas moins de mérite que des personnalités plus flamboyantes / extraverties / actives.

De ce fait, j'ai beaucoup aimé Fangirl, je me suis profondément attachée à Cath et j'ai grincé des dents en devinant la mauvaise pente suivie par sa jumelle. Malgré tout, je me suis un peu ennuyée / perdue en cours de route.
Bref, ce n'est pas une lecture que je conseillerais à tout le monde, mais ce qui est sûr, c'est que je ne la regrette pas, même si elle m'a paru un peu trop longue.


Après avoir reposé Fangirl, je me suis plongée dans 14-14... deux ans après sa parution, il serait temps, quand même ! Je ne sais pas quoi dire sur le roman de Silène Edgar et Paul Beorn, publié par Castelmore, qui n'aurait pas déjà été dit...

Il est excellent, tout simplement, léger et pétillant, avec deux garçons adorables qui, bien que séparés par un siècle d'histoire et des barrières telles que les tournures de phrases, possèdent beaucoup en commun, font face à des situations qui les rapprochent et... ont bien du mal à gérer leurs histoires de cœur !
Pas étonnant que la fille de ma voisine ait adoré. Tout en abordant des sujets d'actualité ou historique, 14-14 est un pur roman feel-good, avec des passages rocambolesques et d'autres... carrément mignons. Les relations entres les deux garçons et leurs petites sœurs, en particulier, m'ont vraiment fait craquer.


Enfin - enfiiiiiiiin - je me suis donné le temps d'attaquer le tome 2 du diptyque Les chroniques de Siwes, de Lise Syven, paru aux éditions du Riez.
J'avais vraiment, en toute sincérité, adoré le tome 1 La guerrière fantôme, je dois avouer que la lecture du tome 2 Le lion à la langue fourchue a été un peu plus ardue.
Cela n'a rien à voir avec les qualités du roman, simplement, j'ai un peu de mal avec la fantasy et surtout avec les "romans de fantasy guerrière", et là on est en plein dedans, avec des batailles, de la stratégie, de la politique, des personnages secondaires sacrifiés (et pas forcément ceux que j'apprécie le moins, sinon ce serait trop facile), du coup ce n'était pas trop ma tasse de thé. Surtout que la fin reste un peu trop ouverte et n'en est pas vraiment une, je ne serais pas étonnée que des lecteurs s'attendent à un tome 3.

Reste que l'axe de Baxian a été passionnant à suivre, vu les obstacles qu'il doit abattre et sachant de quoi son propre père l'a privé (j'essaye de ne pas spoiler... difficile !). Quant à Tadjal et les adiales... ils restent ce qu'ils sont... *étoiles dans mes petits yeux de lectrice*
Malgré tout, j'ai largement préféré la trilogie La Balance Brisée de la même auteur, qui correspond bien plus à ce que j'apprécie de lire. C'est vraiment une question de goûts et de sensibilité personnelle.


Pour le roman suivant, dans la catégorie "seuls les imbéciles ne changent pas d'avis", je me pose là. 
Après la lecture du tome 6 de la série Mercy Thompson, de Patricia Briggs, publiée par Milady, j'avais clairement annoncé "stop, j'arrête-là".
Puis j'ai lu des retours sur le tome 7 La Morsure du Givre et découvert qu'Asil, LE personnage que j'avais apprécié dans le spin-off Alpha & Omega, y apparaissait. Du coup, j'hésitais. Je le lis ? Je ne le lis pas ?

Finalement, j'ai craqué et glissé le titre en wish-list de swap, façon "on ne sait jamais"... et je l'ai reçu.
Ce tome 7, traduit par Lorène Lenoir, a été une sacrément bonne surprise ! Au final, la "participation" d'Asil a été un poil décevante (comme quoi... je l'ai trouvé sous-exploité, puisque forcément, j'aurais voulu qu'il le soit plus) mais le tome est équilibré, cohérent, efficace et, en bref, l'intrigue compense largement ma frustration de lectrice qui en attendait trop. J'ai aimé ce tome d'un bout à l'autre et... se pose maintenant la question de lire le tome 8. Car c'est chouette, aussi, de rester sur une si bonne impression. J'ai peur d'être déçue par la suite.


Pour terminer le mois de mars, je suis revenue à la pure fantasy, en attaquant le tome 1 de la trilogie Les joyaux noirs d'Anne Bishop, dont j'adore l'autre série Meg Corbyn, plus axées urban fantasy.

Là, par contre, j'avoue que je n'ai pas accroché cet opus de fantasy pure. J'ai vite abandonné le tome 1 Fille du Sang, traduit par Claire Kreutzberger pour les éditions Milady.

Malgré la magnifique couverture lumineuse, j'ai senti que ce serait trop glauque pour moi et, après avoir parcouru en diagonale quelques passages, cela s'est confirmé. Je n'avais franchement pas envie de me farcir 3 tomes bien denses de ce genre, donc j'ai refermé le livre.
Bref, je vais plutôt rester sur Meg Corbyn, pour le moment... (c'est déjà bien assez spécial comme ça). Le tome 3 est lui aussi sorti en mars... hop, en wish-list numérique !


6 commentaires:

  1. Me revoilà! Je sors de ma grotte!
    C'est un beau bilan tout ça, de chouettes découvertes en tout cas, il y a beaucoup de romans que je ne connaissais pas.
    J'ai attaqué la trilogie de Bishop (tu connais pas passion pour Meg Corbyn, alors je voulais me plonger dans son autre saga culte) et je l'ai reposée. C'est différent. Ardu. Noir. Je vais attendre un peu je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, pareil pour moi, je me suis rendue compte que j'ai un max de retard sur les blogs que je suis ! (attends-toi d'ici peu à une salve de commentaires sur le tien !)
      Concernant la trilogie des joyaux noirs, ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à l'avoir reposée. Ce n'est clairement pas le même ton que Meg Corbyn (qui n'est quand même pas léger-léger non plus).
      De ce que j'ai parcouru sur la fin du tome 1, je sais que je ne lirai pas la série fantasy, je préfère la rendre à sa propriétaire (ça parle entre autres de pédophilie aggravée ; même si l'auteur est du genre à "faire payer" les personnages qui le méritent d'une façon ou d'une autre, contrairement à d'autres auteurs, ce n'est vraiment pas ce que j'ai envie de lire).

      Supprimer
    2. Oui, je suis d'accord pour le côté noir un peu malsain. Je pense que je m'y replongerai, quand je serai moins fatiguée pour voir. Parce que c'est sombre, mais j'aime quand même beaucoup sa plume. A voir donc! Je te dirai!
      Et j'ai fini le tome 3 de Meg Corbyn (pas encore chroniqué par contre) et je suis toujours autant amoureuse de cette saga!

      Supprimer
  2. Coucou !

    Pour Asil (Briggs), tu le retrouveras dans une très jolie nouvelle dans le recueil publié par Milady. Et il est bien exploité ! ^-^ (Moi aussi, c'est un de mes chouchou ! mais en même temps, Patricia Briggs et ses livres dans l'univers de Mercy sont des livres doudous pour moi !!! Ils sont tous mes chouchous !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info.
      Je comprends ce que tu veux dire pour les livres doudous, perso, en urban fantasy, c'est ceux de la série Kate Daniels.

      Supprimer
  3. Tes lectures de mars sont riches et diverses, c'est vraiment chouette ! La saga d'Holly Black me tente bien, mais je crois que celle d'Anne Bishop "Les Joyaux Noirs" encore davantage, car j'aime énormément les univers sombres... Beau bilan en tout cas ;)

    RépondreSupprimer