4 avril 2016

Désencombrement #01

Il y a presque un an de cela, j'ai abordé sur ce blog un sujet personnel, à savoir mon besoin d'entamer une démarche de désencombrement. Au final, ce n'est pas sur le blog que j'ai le plus échangé sur le sujet: j'en ai surtout discuté sur des forums et dans la vie réelle.

Je poursuis toujours cette démarche et je suis loin d'avoir terminé ! J'ai en effet choisi d'y aller couche par couche (j'aime les oignons...) plutôt qu'en bloc. Notez que je ne défends pas plus une technique que l'autre : chacune a ses avantages et inconvénients.

Je reviens sur mon expérience personnelle afin de partager un peu. En tout premier, la question de base, celle que je me suis posée, ou que l'on m'a posé...


Pourquoi désencombrer ?

Pour soi, en priorité.
Surtout pas sous la pression ! c'est le meilleur moyen de "se faire mal", de différentes façon.
Ou pire, de repartir aussitôt dans la démarche inverse et d'acheter n'importe quoi, pourvu que ça comble les "vides", le résultat pouvant être catastrophique sur le plan personnel et financier.

Se désencombrer nécessite d'acquérir une mentalité particulière, j'ajouterais même une certaine philosophie, qui touchent au rapport à l'objet mais aussi aux rapports humains, car nous mettons beaucoup (souvenirs, émotions, liens sociaux, etc.) dans ce que nous amassons.
Parfois de façon consciente, volontaire. Parfois pas.

Il est très important de comprendre, et j'ai encore un gros travail à faire sur moi de ce côté, que se séparer un objet rattaché à une personne ne signifie en aucun cas que l'on repousse cette personne ou qu'on l'aime moins
Notez que c'est facile à dire, à appliquer ça l'est déjà nettement moins. Donc il faut vraiment l'avoir intégré pour y parvenir. Il est difficile (et pas très naturel) de se séparer de cadeaux, par exemple. 
J'y ajoute aussi les livres... je suis en plein dedans à l'heure actuelle, donc je sais de quoi je parle ; c'est compliqué, croyez-moi, de remiser un roman écrit par une personne que vous appréciez et qui vous a dédicacé le livre (hum, pour le moment, j'avoue un échec partiel sur ce plan-là, donc j'ai laissé de côté : les couches, les oignons, tout ça...).

Heureusement, la démarche possède vraiment des aspects très positifs. 
Se désencombrer, c'est commencer par se séparer de tout ce qui est mauvais pour nous, ce qui nous rattache à un passé qui nous empêche de profiter du présent puis d'aller de l'avant.
Casser ces liens est souvent difficile, ça peut même, parfois, être douloureux. Là, on dépasse le simple aspect philosophique pour toucher à des aspects plus psychologiques.
Réalisé dans de bonnes conditions, quand c'est le moment et qu'on y est préparé, cette phase du désencombrement est un véritable souffle d'air frais.

A contrario, la démarche permet de remettre en valeur des objets qui sont pour nous des symboles, porteurs d'un sens fort, d'un message qui nous grandissent. On peut ainsi se concentrer sur l'essentiel, et cet essentiel n'est pas uniquement du pratique, de l'utile.
C'est ce dont nous choisissons de nous entourer de façon consciente, et non par habitude, besoin de stocker, de faire plaisir ou par syndrome du hamster.

Adopter une démarche de désencombrement et en faire un véritable mode de vie me permet de récupérer une forme de maîtrise sur mon environnement immédiat. Je mets tout en oeuvre pour rendre mon nid le plus douillet possible et pour en supprimer ce que je visualise comme des parasites.

Ça, c'était avant...
(il suffisait de fermer la porte pour l'ignorer)
(j'ai toujours été douée pour cacher la misère)
(mais quand on veut virer le meuble... ah ah ah !)

3 commentaires:

  1. Moi je pratique beaucoup les portes fermées, comme ça on ne voit plus rien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça reste une excellente solution (tant que tout ne s’effondre pas sur nous quand on ouvre la porte... ^^).

      Supprimer
    2. Ça c'est un problème que je n'ai pas encore résolu, je limite les risques en limitant les ouvertures de porte, mais ouvrir lesdites portes reste une aventure quand même. Il faut presque enfiler le casque d'équitation, au cas où!

      Supprimer