5 avril 2016

Désencombrement #02

Si j'ai parlé des (bonnes) raisons d'entamer une démarche de désencombrement, il y a tout de même une question de taille à se poser avant de l'envisager "sérieusement".

Est-on obligé de désencombrer ?

Bien sûr que non !

A moins de déménager dans un espace plus petit, on y est rarement contraint et forcé. Dans ces cas-là, ça se fait toujours dans la douleur car c'est subi et non choisi ; c'est sans aucun doute l'une des pires configurations.

Si rien ne vous y contraint, rien ne vous oblige à modifier votre relation au contenu de votre habitation et donc à vous lancer dans une démarche nécessitant du lâcher prise.
Sur le fond, je dirais que tout dépend de ce que l'on fait de son "merdier".
Je connais des personnes qui possèdent des stocks divers et variés, mais elles sont très bricoleuses, organisées / ordonnées et savent retrouver chaque pièce en stock. Elles finissent tôt ou tard par les utiliser.

Quand, au contraire, on ne sait même plus ce qu'on a en stock...
il faut s'interroger. La plupart du temps, si on est honnête avec soi-même, nous devons admettre que nos stocks sont inutiles et encombrants. La question de les conserver ou non peut alors se poser... mais est-on prêt à entamer la démarche de s'en séparer ? Rien n'est moins sûr.

J'ajoute que les collectionneurs forment aussi une famille "à part". Forcément. Là où cela devient compliqué, pour l'avoir vécu, c'est le devenir des collections à moyens terme. Souvent, les collectionneurs croient d'office que leur descendance va prendre le relais. C'est un gros tort.
De façon globale, je pense que faire des enfants pour leur imposer nos passions, et donc le merdier lié à nos passions, est une énorme connerie, mais ça n'engage que moi.
Bref, si vous avez des collections, et surtout des collections de valeur, posez-vous la question de ce quelles deviendront après vous.

Soyez sympa. Si aucun de vos enfants / petits enfants n'est sincèrement aussi passionné que vous, ne laissez pas vos héritiers gérer vos 421 nains de jardin. Et arrêtez le déni, ils ne vont pas soudainement découvrir, après votre trépas, à quel point c'est top de passer ses week-end à chercher LE nain de valeur qui manque dans votre jardin.
Ils vont surtout chercher à s'en débarrasser (et en général se faire arnaquer) (regardez donc le début de La 9ème porte, c'est instructif).

Là encore, c'est une affirmation qui n'engage que moi : par expérience, je conseillerais d'avoir le cran de céder à d'autres collectionneurs de notre vivant, quand nous avons encore toute notre tête et de l'énergie, pour choisir autant que possible à qui on cède le fruit de nos passions, et pour le vendre à sa juste valeur.
Les sous peuvent alors permettre de s'offrir quelques folies avec nos proches (voyage ou autre). Ces souvenirs-là seront bien plus précieux !
Après, si on a la chance d'avoir un "héritier" dans la famille pour sa collection, c'est génial... sauf si la valeur de la collection créé des problèmes entre les membres, là encore, il faut préparer le terrain, mais ce n'est clairement pas l'objet de cet article donc j'arrête ici le hors sujet.

Ce qu'il faut prévoir avant de désencombrer

Le désencombrement ne consiste pas uniquement à placer des trucs dans des cartons et à s'en débarrasser. Ça pourrait, mais c'est un peu plus compliqué. Il vaut mieux être prévenu avant d'attaquer, car ça demande...
  • Du temps : il faut brasser de l'air, et pas que !
  • De l'énergie, à la fois physique et mentale.
  • Des techniques, pour avancer.
  • Du courage, pour ne pas baisser les bras.
  • Beaucoup de sacs poubelles et de cartons !
    (croyez-moi sur parole ; vous n'en aurez jamais trop)
  • De l'organisation, afin de trier, ranger, éventuellement stocker en attendant l'enlèvement.
  • Des ressources pour procéder à l'enlèvement : c'est le problème principal que j'ai rencontré, il faut savoir où partira notre merdier, et par pitié (j'en ai déjà parlé) : ne vous désencombrez pas chez vos proches pour vous donner bonne conscience !
    Je vous le promets, il y a peu de chances qu'ils vous en remercient à terme.
Ça sent le vécu, n'est-ce pas ?...

Si vous vous lancez, voici vos meilleurs potes !
(autant vous y faire tout de suite...)

4 commentaires:

  1. effectivement ! Sympa les potes ! ^^ pour ma part, j'aurais une tendance inverse : je désencombre beaucoup, trop... et parfois, je regrette ce que j'ai jeté, donné ou vendu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, ça c'est ennuyeux ! Justement, j'en parle dans l'article suivant. Ce n'est pas facile de trouver l'équilibre.
      Ça fait parti des freins dont je parlerai plus tard... pour ma part, j'ai la chance d'avoir de la place (vive la campagne) donc quand j'ai un doute, je peux encore conserver un peu en "zone tampon", ce n'est pas offert à tout le monde.

      Supprimer
  2. Excellent cet article, j'ai imaginé mes neveux à la recherche du nain de jardin perdu et j'ai beaucoup ri! Ouf, je suis sauvée, je n'ai pas de nain de jardin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, les nains de jardin, c'est quand même top !
      (enfin, chez les autres... *rires*)

      Supprimer