2 septembre 2015

Mes lectures d'août

Suite aux lectures de juillet, malgré la reprise du boulot, j'ai joyeusement poursuivi sur ma lancée et quasi sans perdre le rythme.

Tout d'abord, j'ai mis la main sur les suites de la série Les filles aux chocolat parues en poche (je vais devoir patienter pour les suivantes, qui ne sont encore dispo qu'en grand format). 
Ces suites ne m'ont pas déçue, chaque ado ayant ses propres problèmes à résoudre et la famille reconstituée continuant à trouver ses marques en parallèle. Bref, ça se confirme, la série de Cathy Cassidy, traduite par Anne Guitton, est une valeur sûre. Je lirai les suites.
Puis les couvertures de Cœur guimauveCœur mandarine et Cœur salé sont aussi colorées et gourmandes que celle de Cœur cerise, donc ça fait un joli assortiment pour la bibliothèque. 

 


Ensuite, j'ai enfin pris le temps de lire les tomes 4 et 5 de la série The Mortal Instruments, de Cassandra Clare, à savoir les romans La cité des anges déchus et La cité des âmes perdues, tous deux traduits par Julie Lafon.
Malheureusement, les craintes que j'avais se sont avérées fondées, j'ai eu du mal avec ces suites. Autant j'avais apprécié et rapidement lu la première trilogie, autant celle-ci m'a donné de la peine malgré la nouvelle intrigue de fond.
Entre Jace que j'ai eu envie de secouer (et même de baffer) et Clary qui vire Mary-Sue, le "couple phare" de la série m'a bien saoulée. Ce n'est pas compliqué, à mes yeux c'est la présence de Simon qui rattrape tout, ce personnage pur sucre, croyant et végétarien, qui ressent sa transformation en vampire comme une triple peine. Franchement, heureusement qu'il est là pour relever le niveau, sinon ça collerait au doigts. Et là, je me dis qu'il me reste le dernier tome à lire. Arf. Bon, quand même, il faudra bien que je m'y mette, sinon je ne saurai jamais le mot de la fin.

 

Après ça, il me fallait quelque chose de complètement différent et j'ai cédé aux conseils de collègues, j'ai lu Ensemble, c'est tout, d'Anna Gavalda. Une chouette surprise que ce roman qui était juste ce dont j'avais besoin. Comme c'est un best seller, adapté au cinéma et tout et tout, je ne vais pas détailler en long, en large et en travers les raisons pour lesquelles j'ai aimé. Si vous aimez les jolis petits romans contemporains avec de chouettes personnages qui se grandissent les uns les autres et s'entraident pour rester debout, n'hésitez pas.


Pour finir, je me suis obligée à rallumer ma liseuse, histoire de taper aussi dans ma pile à lire numérique. J'ai joué au pifomètre et je suis tombée sur Le silence de Grey House, tome 1 de la série Lady Julia Grey, de Deanna Raybourn, traduit par Lise Capitan.
J'ai commencé ma lecture sans trop d'enthousiasme car je m'attendais, vu le pitch, l'éditeur et la couverture, à une romance historique plutôt convenue (et à plein de clichés). Très rapidement, je me suis rendue compte que ce n'était pas ça du tout...
Au final, ce roman est ma meilleure surprise du mois, car il s'agit d'un thriller victorien en quasi huis-clos bien ficelé. Même si j'ai deviné quasi-tout de suite qui pouvait être coupable, mais ce n'est pas gênant car ce que je voulais savoir, c'est pourquoi, et tout était bien ajusté. 
Je crains malheureusement que ce roman, vu son packaging, soit passé complètement à côté de sa cible et qu'il n'ait pas trouvé son public (clairement, les amateurs de romance ont dû se casser les dents dessus). Dommage, parce que j'aurais adoré lire la suite, mais elle ne semble pas avoir été traduite en français, je peux juste espérer que ce soit en cours.


Au final, j'ai bien voyagé avec mes lectures du mois d'août. Pour septembre, je m'en vais encore plus loin car il est temps que je termine la trilogie SF jeunesse Le chaos en marche.  Malgré tout, je suis censée lever le pied sur les lectures (pile à lire débordante ou pas) car il faut que je me remette à bosser sur mes textes... enfin, je ne me prends pas trop la tête avec ça non plus.

2 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé Ensemble c'est tout, c'est ce roman qui m'a fait découvrir Anna Gavalda.
    Bon, pour The mortal instrument, tu confirmes mes hésitations. a voir donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, j'ai découvert Anna Gavalda via un recueil de nouvelles, qui m'avait bien plus (J'aimerais que quelqu'un...). Par contre, j'ai une collègue très branchée littérature contemporaine qui m'a dit qu'elle n'avait pas aimé tous ses romans, donc avant d'en lire éventuellement d'autres, je lui demanderai conseil.
      Concernant "The mortal instrument", à toi de voir. Perso, j'aurais préféré rester sur la 1ère trilogie.

      Supprimer