24 août 2015

Les Acheteurs Compulsifs de Romans

Je ne sais pas vous, pour ma part, j'ai tendance à trop acheter et à stocker dès que quelque chose me passionne. Les livres n'échappent pas à cette règle, bien au contraire, c'est peut-être eux qui l'expriment le plus (hum, oui, les tissus aussi, et encore je ne vous parle pas de ma récente découverte des formidables pouvoirs du masking tape).
Bref, j'achète / récupère / échange trop de romans, plus que je n'en lis en tout cas, même si je lis beaucoup (en matière de lecture, j'ai conscience d'être une petite joueuse par rapport à d'autres, malgré tout je me défends, il me semble que je dépasse largement la moyenne nationale, en tout cas).


Forcément, l'effet logique, c'est que ma "pile à lire", ou PàL, déborde.

Le pire, c'est que je suis toujours en pleine période de désencombrement : en faisant du rangement, j'ai découvert un carton entier de romans / anthologies que j'avais planqués car je savais que je ne les lirai pas à court terme (surtout les anthos) mais je ne voulais pas m'en séparer pour autant..
Quand on commence à planquer les objets du délit, c'est mauvais signe, très mauvais signe.

Clairement, tout ce petit monde ne tient pas sur mes étagères dédiées à ma pile à lire.
Je suis obligée d'en ranger un peu n'importe où, n'importe comment ça fait sacrément désordre.
J'en éprouve des bouffées d'anxiété, à voir tous ces livres que je n'ai déjà pas le temps de lire, alors que je découvre d'autres titres qui me font envie dès que je navigue un peu / entre dans une librairie.

J'ai donc songé à plusieurs solutions :
- continuer de planquer une partie de ma PàL (après tout, si je ne la vois pas, tout va bien, non ?...)
- donner ce que je n'ai vraiment pas envie de lire à moyen terme (c'est à dire dans les 1 à 2 ans)
- arrêter d'acheter des livres pour une durée indéterminée (proportionnelle au temps que je mettrai à diminuer ma PàL)
- jouer au loto, gagner, lire à plein temps ou presque (ok, ça, c'est de l'utopie)

De votre côté, avez-vous aussi cette tendance à accorder une trop grosse partie de votre budget à des achats de livres ? Comment gérez-vous si vous achetez / récupérez / échangez plus vite que vous ne lisez ?
Que faites-vous pour inverser la tendance ? En admettant que vous le souhaitiez... après tout, vous n'avez peut-être pas mes scrupules, angoisses, ni mes soucis de manque de place.

Votre degré de toxicomanie se calcule via le ratio suivant :
Nombre de livres de votre pile à lire / Nombre de livres lus en moyenne sur l'année
Plus il est élevé, plus vous êtes accro.
Ratio < 1 : tout va bien, votre pile à lire est inférieure à votre "consommation annuelle".
Ratio de 1 à 2 : ça va encore, votre pile à lire peut quand même vous occuper jusqu'à 2 ans.
Ratio > 2 : là, ça devient inquiétant, quand ça ne l'était pas déjà.

Alors, verdict : vous rejoignez les Acheteurs Compulsifs de Romans ou pas ?...



7 commentaires:

  1. Ma pile est inférieure à ce que je lis par an... Mais je triche.
    Déjà, j'ai une PàL parallèle, celle de la bibliothèque (je suis bibliothécaire, donc la tentation est permanente :p ), mais j'ai un délai pour la réduire, donc je lis ces bouquins en priorité.

    Ensuite, je n'achète que ce que mon lieu de travail ou les bibliothèques du réseau n'ont pas...Et ce que j'ai vraiment très très très très envie de lire. Une habitude gardée de l'époque où je déménageais tous les ans j'imagine.

    Pour toutes les envies fugaces, je vais sur amazon et au lieu de cliquer sur "commander" je clique sur "ajouter à la wishlist". Quand j'ai fini au moins les 2/3 ma PAL, je m'autorise une commande. ça me permet de n'acheter que ce que j'ai toujours envie de lire, ce qu'on ne m'a pas offert et de ne pas stocker 3 milliards de livres.

    De toutes façons, à part mes petits chéris, je ne stocke pas tout, arriver un moment, ma bibliothèque est porte ouverte, je file les bouquins à mes amis, à ma famille, associations et brocantes pour faire de la place pour les nouveaux (l'avantage d'être bibliothécaire, c'est que c'est moins difficile de se séparer des livres).

    Et puis ensuite, il y a la PàL numérique, mais là c'est différent, elle est de nature à rester énorme, puisqu'elle sert de bibliothèque à toute ma famille dès que l'un de nous part en vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu caches bien ton jeu, mais tu es quand même gravement atteinte !
      Bienvenue au club !
      Pour ma part, c'est le contraire, c'est ma pile à lire numérique que je maîtrise et gère de près, parce que je ne veux pas me retrouver avec des dizaines de titres que je ne lirai jamais... surtout que je ne pirate pas (je m'y refuse), donc pas question d'acheter un livre numérique pour rien, déjà que j'ai fait pas mal d'erreurs qui se sont soldées par des déceptions ou des abandons, maintenant je fais plus attention.

      Supprimer
  2. Pas de souci de ce côté pour moi (mais je compatis). Je lis très vite et ma pile à lire dépasse rarement la dizaine de bouquins. Non, pour moi le plus dur c'est le choix cornélien de passer mon temps à lire ou à écrire !
    (Il faudra que tu me parles du masking tape, je suis curieuse !)
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais que ça irait de ton côté, tant pis, tu ne nous rejoindras pas dans ce club-là. ;)
      Pour le masking tape, je te montre ça la prochaine fois qu'on se voit.

      Supprimer
  3. Tant pis, je me vengerai en étant un membre actif du club des addict au chocolat.

    Chouette, pour le masking tape !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ce club-là, je veux bien l'intégrer ! ^^
      (à cause de Chap', je viens de découvrir le lait d'amande, je te laisse deviner le résultat)
      Pour le masking tape, si tout va bien, je reçois ce que j'ai commandé demain, donc ce sera encore mieux pour te montrer pourquoi c'est génial. Vivement, surtout qu'il faut qu'on cause organisation de notre périple en vue des Aventuriales.

      Supprimer
  4. Euh... ratio > 2 pour moi...

    Je suis la définition même de l'acheteuse compulsive, de l'obsessionnelle livresque et de l'angoissée quand sa PAL descend sous le niveau de la mer. Ce dernier point justifie d'ailleurs tous les autres et toutes mes pulsions. Je lis comme je respire. Je n'exagère pas d'ailleurs quand je dis que les livres m'habitent. Je vis dans une sorte de bulle dans ma tête, les histoires des autres, mes histoires... Mon monde à moi.

    C'est d'ailleurs assez étrange, je pensais qu'en écrivant, je lirais moins. Eh bien non... Je dors moins, ça oui. Consomme plus de café, ça aussi. Mais lire moins, non... La quantité de mes lectures de l'été a d'ailleurs fait peur à Doux Chari (je suis loin de tout chroniquer)

    Inutile de te dire que je serais mal placée pour te donner des conseils sur gestion de ta PAL ou sur comment réfréner tes achats... Sur comment cacher ta PAL, ça je suis douée. Démonstration par l'exemple: Les livres font une formidable table de nuit, dont tu peux changer régulièrement les couleurs. Un très bon cale-porte également pour éviter les courants d'air. Ils peuvent aussi servir pour former des étagères pour tes tissus: une pile de tissus et hop, dessus un livre. Et après, tu mets une autre pile de tissus, et hop, un nouveau livre.

    Tu vois, une PAL débordante n'est pas un problème, juste une solution!

    RépondreSupprimer