1 juillet 2015

[Série] Proie Dunoir

Romans urban fantasy de Gaëlle K. Kempeneers, éditions Walrus.

Proie Dunoir, à la base, a été conçue comme une série de courts épisodes, découpée sous forme de saisons (comme une série télé). Du moins, c'est la théorie que je connaissais lorsque j'ai suivi le travail d'écriture de son auteure, via le challenge 1er jet du forum CoCyclics, sur lequel nous nous sommes encouragées sur nos projets respectifs.

Je n'avais donc lu que quelques extraits, que j'avais trouvé croustillants et j'attendais avec hâte que Gaëlle K. Kempeneers 1) trouve un éditeur 2) publie sa série.

Cette petite cachottière ne s'en était pas spécialement vanté, mais elle avait réussi les deux en douce et lorsqu'elle est revenue vers moi pour me sous-entendre que, éventuellement, je pouvais obtenir le privilège de lire les (més)aventures de sa banshee en avant-première, je me suis jetée sur l'occasion comme un renard sur un campagnol (oui, en faisant un joli bon élégant et esthétique, tant qu'à faire, c'est dire si j'étais enthousiaste).


Saison 1

J'ai donc sauté sur cette saison 1 après avoir réussi à mettre la main dessus (merci encore aux éditions Walrus !).

Au final, cette lecture a été encore mieux que ce que j'en attendais. Sans doute parce que c'était exactement la lecture dont j'avais besoin à ce moment-là, mais pas que : Proie Dunoir, c'est tout à fait le genre de pulp urban fantasy que j'apprécie.
Le seul truc qui m'a un peu perturbée, c'est le choix de conserver la découpe en épisodes alors que la saison entière a été regroupée en un seul tenant / roman ; c'est déstabilisant, au départ, quand on attaque l'épisode 2 et que la narratrice résume le précédent. Mais ce n'est qu'un détail, on s'y fait vite.


D'autant plus qu'en parlant de vitesse, le rythme soutenu des épisodes pousse à les lire les uns à la suite des autres, en rigolant bien (non seulement les vampires peuvent être assez crétins, mais les licornes ne valent pas mieux...) et en se demandant comment Proie va s'en sortir avec tout ce qui lui tombe dessus crescendo, les faiblesses liées à son âme mutilée et les séquelles qu'elle promène d'un épisode à l'autre (en effet, elle prend des coups et l'auteur a le bon sens de ne pas faire comme si ça pouvait se guérir en un claquement de doigts).

J'ai particulièrement apprécié que ça envoie du steak sans se prendre au sérieux, mais sans non plus prendre les lecteurs pour des imbéciles. Je me suis amusée tout au long de ma lecture.
Il y a juste la toute fin qui m'a fait un gros pincement au cœur. Quand même.

Alors, elle sort quand la saison 2 ?...


My name is Dunoir. Proie Dunoir. Laissez tomber : private joke.
Qui je suis ? La nouvelle recrue du B.A.S., la banshee de service. On m’a engagée pour botter les culs des méchants qui hantent les rues de Rédemption. Sauf qu’entre les monstres mythiques, les divinités en goguette, les vampires crétins et les Puissances qui se bousculent au portillon, je ne sais plus où donner de la tête. Alors, quand en plus la Famille (la mienne, sinon ce ne serait pas drôle) s’en mêle, j’ai bien besoin de mes collègues Lucrèce et Leyhan pour y mettre un peu d’ordre. Sans oublier Jack, le loup. Mon âme-sœur, parait-il.
Je vous ai déjà parlé de mon âme ? Y a moyen d’écrire tout un roman sur le sujet. Ah ! Mais attendez... Bref, y a des jours comme ça où on se dit qu’on aurait mieux fait de se casser la jambe au saut du lit !


Les plus de la série :

- la voix de Proie, en tant que narratrice (et pas seulement comme arme)
- Jack, même s'il mériterait parfois qu'on lui secoue les puces 
- le rythme de la saison
- les détails liés aux contes et leur détournement
- les personnages secondaires (j'espère d'ailleurs que certains vont être développés par la suite)

8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Si tu as envie de rire, c'est la lecture estivale idéale pour déconnecter / se faire plaisir et il y a juste la petite touche romanesque qui va bien pour notre côté girly. Si si. ;)

      (oui, bon, en plus clair : fonce !)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas, mais rien que le titre donne envie!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ça te plairait bien, c'est du pur-pulp (ou de la littérature pop-corn, si tu préfères).

      Supprimer
    2. Tu avais raison, ça m'a bien plu! Encore plus que ça, j'ai adoré! Pas encore chroniqué, mais dès que je peux, je m'y mets. C'est vraiment, vraiment génial! Plein d'humour, des réparties hilarantes. Seul "bémol", la fin! ahhhh, elle veut jouer avec mon coeur et mes nerfs là!

      Encore merci de la découverte!

      Supprimer
    3. Oh, je suis ravie que tu aies passé un bon moment toi aussi ! J'avoue que j'ai vraiment adoré les réparties de Proie et l'humour omniprésent. Sans parler de la licorne. ^^
      Et je suis entièrement d'accord, la fin m'a tuée. J'ai hâte de lire la suite.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ça l'est pour les amateurs d'urban fantasy pop-corn. ;) (beaucoup, même)

      Supprimer