29 juin 2015

Mes lectures de juin

Je prends un peu d'avance pour ce bilan de lecture. J'ai encore pas mal lu ce mois-ci, ce qui est juste révélateur du fait que je n'ai pas fichu grand-chose d'autre (je ne devrais peut-être pas m'en vanter...). Enfin, ce sera différent ces prochains mois, donc... mes bilans vont peut-être s'espacer (ou du moins, sacrément s'alléger).

Au final, j'ai préféré interrompre ma lecture du roman SF Le pays de Cocagne, de Colin Greenland, même si j'ai apprécié le personnage principal Tabatha Jute et sa relation avec Alice, la persona de l'intelligence artificielle contrôlant sa gabarre. J'ai trouvé que ça se traînait et que les relations entre les personnages restaient trop en surface, ce qui, si on ajoute des enjeux pas aussi clairs que je l'aurais d'abord cru, a fini de me faire décrocher.
Je me suis tout simplement aperçue que les pages ne défilaient pas, je n'arrêtais pas de regarder où j'en étais. Donc stop ; à un moment, il faut arrêter, quand la rencontre ne se fait pas, il vaut mieux passer à un autre titre.


Surtout que j'ai reçu en avant première le dernier roman de Gaëlle K. Kempeneers, à savoir Proie Dunoir. A l'origine, il s'agissait d'une série. L'éditeur Walrus a préféré l'offrir sous format regroupé tout en conservant la construction de la première saison d'origine. 
Pour être sincère, cette urban fantasy pure pulp, qui joue joyeusement avec les codes du genre ainsi que ceux des contes, ne pouvait pas tomber à un meilleur moment. J'ai adoré Proie, sa voix, son Cri de banshee et sa façon de gérer le lot d'emmerdes qui ne cessent de lui tomber dessus crescendo. Je me suis bien marrée et là, je n'ai pas vu les pages filer.
Hein ? Quoi ? Déjà terminé ? Elle sort quand la saison 2 ?
J'en reparle très bientôt dans un article plus étoffé.


Juste derrière ce page turner, pas de chance, je me suis de nouveau heurtée à un mur avec Les tribulations de Tiffany Trott, le tout 1er roman d'Isabel Wolff et... le seul que je n'avais pas lu d'elle. Clairement, vu que j'ai lu tous les titres publiés de cette auteur, je trouve que ce 1er roman n'était pas son meilleur ; évidemment, ça n'engage que moi, je constate juste à quel point j'aime de plus en plus ce qu'elle écrit. Heureusement que j'ai remis le nez dans la biblio en commençant par les derniers titres, du coup.
Ce tout 1er roman était de la pure chick-lit, très "fin des années 90' ", on ne peut pas dire que c'est ce qui a le "mieux vieilli" en la matière. Surtout, je n'ai pas eu d'atomes crochus avec la narratrice (bien au contraire), donc ça n'a pas aidé. Pour être honnête, j'ai plus survolé que lu la deuxième moitié. De la part d'un autre auteur, avec une galerie de personnages secondaires moins loufoques, j'aurais sans doute abandonné dès le début. Isabel Wolff avait déjà un sacré talent pour la narration, qui se posait là.


Après ça, j'ai décidé de changer radicalement de genre et de style et j'ai enfin sorti Love letters to the dead de ma pile à lire. J'ai acquis ce roman d'Ava Dellaira quasi uniquement à cause de la couverture... mais aussi du choix de narration. J'étais très curieuse de découvrir ce roman façon journal intime via lettres à des stars mortes interposées. Ce qui ne m'a pas empêchée de manquer de temps pour m'y plonger, mais voilà, c'est fait.
J'ai lu plusieurs avis plutôt mitigés / déçus sur ce roman, surtout de la part de lecteurs qui ont lu Le monde de Charlie avant et ont trouvé trop de similitudes entre les deux. Il se trouve que je n'ai pas lu ce dernier, donc je ne risquais pas de comparer.
Le concept est donc simple, suite à une demande de sa prof d'anglais, Laurel s'épanche auprès d'une star morte... elle y prend si bien goût qu'elle ne rend pas sa dissertation. Elle continue d'écrire, à différentes stars décédées, celles qu'aime son entourage, puisqu'elle ne sait pas tout à fait elle-même ce qu'elle aime vraiment. Elle ne sait même plus tout à fait qui elle est. L'a-t-elle jamais su, vu qu'elle vivait et respirait uniquement pour sa soeur, dont la personnalité irradiait tout le monde ? Et la principale question qui se pose, dès le départ, c'est de savoir si elle arrivera, un jour, à écrire la seule lettre qui s'impose. Celle destinée à May, cette soeur adorée qu'elle a perdu 6 mois plus tôt. C'est un peu téléphoné, certes, mais ça n'en est pas moins émouvant.
J'ai beaucoup aimé ce roman, son ton mélancolique, le caractère de Laurel et la façon dont elle sort de sa coquille, s'ouvre aux autres et apprend à vivre pour elle-même.



Après, j'ai ressorti Qui es-tu Alaska ? qui m'était tombé des mains la première fois que j'ai voulu le lire. Ce roman de John Green m'a vraiment donné du mal, peut-être parce que j'ai tout simplement du mal avec Alaska et, vu que tout tourne autour d'elle... Bref, ne partageant pas l'adoration du Gros, j'ai eu du mal à accrocher. Clairement, après ce deuxième roman sur le mal-être adolescent et les énormes problèmes et ravages provoqués par l'alcool chez les lycéens (ainsi que l'absentéisme des adultes, aussi...), il fallait vite que je trouve autre chose à lire. Je n'avais pas pour autant envie de quitter le young adult... juste envie d'un titre plus léger et magique.


Là, je me suis souvenue que j'avais Rouge Rubis dans ma pile à lire, depuis un swap. Je ne sais plus qui exactement m'avait conseillé la lecture de ce roman de Kerstin Gier, mais ça a clairement été un excellent conseil. Bref, cette série est une très bonne surprise. Ce petit roman pétillant a été un vrai plaisir à lire, et la personnalité de Gwendolyne y est sans aucun doute pour beaucoup. La galerie de personnages secondaires aussi.
Du coup, j'ai enchainé sur le tome 2, Bleu Saphir et je lis actuellement le tome 3 Vert Emeraude. J'avoue que je ricane / rigole beaucoup en découvrant les commentaires de Xémérius, l'esprit de démon que seule Gwen peut entendre et voir et qui n'a pas la langue dans sa poche (même quand il comprend que couic à ce qui se passe).
Bref, des romans que j'ai plus dévorés que lus, pour être honnête.
(surtout que les nouvelles couv', liées aux affiches des films tirés de la série, sont plus sympa que les précédentes qui étaient gnan-gnan à souhait et pas du tout révélatrices du ton des romans)
(la preuve, le 3ème tome porte encore la couv' d'origine, vous voyez le genre ?)
(et oui, je l'aurai terminé d'ici la fin du mois ce 3ème volume, faites-moi confiance)
(par contre, les films n'ont pas l'air terribles, je prends le paris qu'ils ont réduit les romans à l'aspect romance et rendu Gwen mièvre au possible, ce qui serait bien dommage car dans le livre, elle est juste extra ! et son amie Leslie aussi)
(bref, à lire, c'est sûr, mais peut-être pas à voir...)

   
(on a l'impression qu'elle a la migraine, cette donzelle...)
(je crois que j'ai rarement vu une couverture aussi peu raccord avec le contenu du roman)

Et pour finir, en parlant de suite, j'ai fait un nouvel échange de romans qui m'a permis de récupérer Le cercle et la flèche, le 2ème volume de la trilogie Le chaos en marche, de Patrick Ness. Je l'ai dévoré entre les deux premiers tomes de la triologie des gemmes.
Le premier volume, La voix du couteau, avait été un vrai coup de coeur. Ce deuxième tome ne m'a pas déçue.
L'auteur confirme qu'il a réussi à écrire à la fois de l'excellent young adult et de l'excellente SF.
Je n'en dis pas davantage pour ne pas spoiler, c'est juste clairement, pour moi, une série à lire.
D'ailleurs, elle vient d'être republiée, toujours en format Poche, sous une couverture "adulte" bien sympa et on peut maintenant la trouver entre les grands classiques de la SF.


Voilà, ce sera tout pour ce mois de juin, je ne sais pas quand je referai un bilan ni ce qu'il contiendra, même si j'ai en stock encore trop de romans... et que j'en ai encore acquis (c'est mal, c'est maaaaal, vilaine fille, pas bien...).

Là, je vais essayer de me consacrer en priorité à mes projets personnels. Du coup, forcément, il faut que je lève le pied sur la lecture.


2 commentaires:

  1. C'est quand même un chouette mois de juin ça! Des lectures bien tentantes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je n'ai pas eu trop à me plaindre.

      Supprimer