31 mai 2015

Mes lectures de mai

En mai, j'ai fait ce qu'il me plait... jardin, promenades, vacances au soleil, festival des Imaginales...
La lecture est passée au second plan et ça se voit ! (en plus, les titres étaient volumineux, ça n'aide pas). Petit tour d'horizon des (rares) titre que j'ai eu le temps de lire...

En premier lieu, j'ai lu le dernier roman d'Isabel Wolff qui restait dans ma pile à lire, à savoir Rose à la rescousse (je crois qu'il m'en manque encore un ou deux de sa biblio, il faudra que je mette la main dessus un jour ou l'autre).
Rose a un côté psycho-rigide et très moi-j'aime-mon-boulot-il-est-trop-merveilleux que l'auteur a rendus volontairement agaçant pour mieux montrer son évolution... au final, c'est un personnage fragile, attachante, et j'ai suivi avec bonheur ses péripéties et celles de son entourage, labrador inclus. Puis certaines anecdotes du métier de Dame Détresse sont vraiment amusantes !


Ensuite, j'ai enchaîné avec un roman jeunesse absolument adorable, L'appel du destin, de Fiona McIntosh. Un vrai roman pour jeunes ados, avec cette touche positive qu'on aime à cet âge-là, des personnages au cœur plus gros qu'eux, certains pur sucre, des méchants bien méchants ou mesquins. Forcément, si vous n'appréciez plus les vrais ouvrages jeunesse un peu manichéen et naïfs, passez votre chemin. Si vous avez envie de fraîcheur et de lecture bisounours, sautez dessus !


J'ai ensuite enchaîné avec des formats courts que j'avais en stock, avant de me remettre à un pavé SF que j'ai débuté il y a un moment et dans lequel je voulais me replonger. Dans l'avion qui m'emportait sous le soleil marocain, j'ai donc été accompagée par Nino l'esquisseur, une nouvelle d'Ophélie Bruneau situé dans son univers de L'Ouroboros d'Argent
Là encore, des personnages pur sucre, trop mignons, j'ai zappé en cours de lecture que c'était un texte court et j'ai ronchonné que ça se termine si vite.


Après cela, j'ai lu les deux premiers épisodes de The Pink Tea Time Club, de Cécile Guillot. J'ai trouvé le début de cette nouvelle série sympa, bien que ça aille un peu trop vite à mon goût et que l'héroïne soit une tête à claque. Là encore, je pense que c'est la fraîcheur du ton, des personnages et des situations qui m'ont fait passer un bon moment. Pauvre loulou, quand même...


Enfin, après toutes ces lectures de pure détente, je me suis replongée dans Black man, de Richard Morgan. J'aurais beaucoup à en dire, d'autant plus que ce roman aborde de façon frontale la question du poids de notre génétique sur nos choix et donc, le fait que notre libre arbitre en prendrait un sérieux coup au passage. La question de la liberté (individuelle mais aussi personnelle, par rapport à nos actions propres) est donc quelque part le fond du sujet, tout en ayant en guise d'enrobage un roman plein de testostérone. L'auteur parle en effet de trifouillages génétique, des "monstres" créés par la société et de la façon dont ils sont traités... l'un d'entre eux, Carl, étant toléré parce qu'il chasse ses confrères, ça donne le ton dès le départ. Le seul reproche que j'ai à faire à ce roman, c'est sa longueur. Si je n'avais pas été en vacances, à m'y consacrer plusieurs heures par jour, je me demande combien de temps il m'aurait fallu pour le lire. Il aurait pu être plus court et plus efficace, j'avoue que que me suis demandée à plusieurs reprises si je devais poursuivre ou non, sur le premier tiers, d'autant plus que le postulat de départ me laissait perplexe. Je me suis accrochée et je ne regrette pas. Cela ne m'a pas découragée dans mon retour à la SF, au contraire. D'ailleurs, du même auteur, j'espère lire Carbone modifié.

Donc, j'ai envie de SF en ce moment, cependant pour ne pas me mélanger les pinceaux entre deux titres, j'ai coupé avec un roman d'un genre complètement différent, à savoir Confidence, SMS et prince charmant ! le 1er épisode de la série Le roman des filles, de Nathalie Somers, qui s'est avéré une superbe surprise ! (j'avoue que la couverture et le titre me faisaient un peu peur).
Ce roman développe avant tout l'amitié de 4 lycéennes, sur une année scolaire, chacune ayant ses propres problématiques qui font écho à celles de ses copines, que ce soit au niveau familial, scolaire, sportif ou artistique (ça parle aussi des garçon, forcément, vu la tranche d'âge). Quand ces jeunes filles font de mauvais choix, elles en payent généralement les conséquences, et les choix en question sont toujours liés à leur personnalité propre. Tout se goupille à la perfection, c'est frais, mignon sans être mièvre vu que cela aborde plusieurs problématiques ados / sujets actuels, je n'ai pas vu passer la lecture.


Voilà, rien de plus en mai... J'ai attaqué Le pays de Cocagne (envie de SF, je l'ai dit plus haut) cependant, j'en parlerai le mois prochain ! Les Imaginales m'ont à peine laissé le temps de lire quelques chapitres... 
Je suis en train de trier, convertir, traiter plusieurs dizaines de photos liées à l'événement. Je ne suis pas encore couchée, peu probable que je lise ce soir !




4 commentaires: