30 novembre 2014

Point rapide sur mes lectures... #06

Le mois de novembre a plutôt été un mois "calme", y compris côté lectures. 
Mon bilan sera donc rapide...

Si vous suivez ce blog, vous savez déjà que j'ai eu un fabuleux et renversant coup de cœur pour un roman jeunesse, à savoir La voix du couteau, le tome 1 de la trilogie Le chaos en marche. Patrick Ness a amené avec ce roman la littérature de genre destiné à un jeune public a un degré d'excellence, avec plusieurs niveaux de lecture, qui m'a scotchée. Sans parler du travail de traduction, assuré par Bruno Krebs. 
Je lirai la suite, c'est obligatoire.


J'ai poursuivi ma découverte des titres d'Isabel Wolff, avec Les amours de Laura Quick. J'ai beaucoup plus accroché qu'avec Accroche-toi Anna, sans retrouver l'enthousiasme des romans que j'avais lus avant. Donc ces deux titres-là ne seront pas mes préférés de cette auteur, même si, comme toujours, j'ai passé un bon moment de lecture.


Après cela, 3 epic-fail... à commencer par Qui es-tu Alaska ?

Bien que le roman soit bourré de qualités, je n'accrochais pas. Rien à faire. Je m'étais déjà forcée à terminer Bleu passion, je me suis fait la remarque que ça n'avait pas vraiment de sens de m'acharner. J'ai donc reposé le roman de Jonh Green sans le terminer. Par contre, je conserve le marque-page à l'intérieur, peut-être que l'envie reviendra plus tard et qu'à ce moment-là, je le dévorerai comme il le mérite, en moins de 3 jours.


Le roman suivant, par contre, a été une sacrée erreur de casting. 
Il s'agit de Trey Coleman, le tome 1 de la série La meute du Phénix.
Je m'attendais à de l'urban fantasy / bit-lit alors qu'il s'agissait de clic-lit déguisée... d'un très bas niveau. Je vous le dis tout net, je l'ai lu entièrement parce que je me demandais si ça pouvait vraiment rester aussi mauvais, sans espoir d'amélioration, jusqu'au bout. La réponse est oui. Vous vous souvenez des Sole Regrets ? Eh bien que crois que là, j'ai trouvé pire. Avantage certain, ça m'a parfois faire rire. Bon, ok, souvent. Sinon je n'aurais pas pu le terminer.
Mais honnêtement, les dialogues sont tellement affligeants que je ne peux pas le conseiller.
Par contre, je le garde sous le coude pour la dream-team. J'aurais d'ailleurs dû marquer certains passages qui valent leur pendant de cacahuètes. Dans le genre vulgaire et sexiste, malheureusement.
De ce fait, affligeant reste tout de même le meilleur qualificatif pour ce roman.


Un peu traumatisée par les dialogue à la "moi Tarzan, toi Jane" du roman précédent, je me suis dit qu'une petite romance me consolerait un peu. Au pifomètre, j'ai jeté mon dévolu sur Certaines l'aiment chaud, une romance historique.
Résultat, mon pifomètre n'est décidément pas fiable.
Des clichés, des clichés, qui veut des clichés ? Bien chauds mes clichés !
Sans que ce soit super drôle pour autant... et, de plus, je n'ai toujours pas saisi le lien entre le titre et le roman. J'ai eu ma lecture mignonne, mais j'en suis tout de même ressortie gronchon.


A ce stade, il était urgent que je lise un bon roman. Comme j'avais envie d'urban fantasy, j'ai regardé ce que j'avais en stock et, cette fois-ci, j'ai rapidement parcouru quelques avis sur le net.
Grand bien m'en a pris !
J'ai ainsi eu une bonne surprise avec Morsure, le premier tome de Femmes de l'Outremonde. Pourtant, le pitch me faisait un peu peur. Si si. Mais la couverture graphique le rattrapait, plutôt deux fois qu'une (la sobriété n'est pas la qualité première des couv' de bit-lit, en temps normal).
Résultat ? Un personnage féminin principal aux tripes bien accrochées. Quand un homme la cherche, elle est du genre à lui broyer les roubignoles sans sommation, au lieu de lui en faire la promesse pendant 300 pages sans jamais passer à l'acte, si vous voyez ce que je veux dire... toute comparaison avec un roman mentionné quelques lignes plus haut est entièrement assumée
Pourtant, cela ne fait pas d'Elena un stéréotype d'héroïne badass. Elle rêve d'une vie "normale", persuadée que c'est la seule voie du bonheur, et parvient avec beaucoup de peine à concilier ce qu'elle est devenue avec la routine dans laquelle elle tente de s'installer, à Toronto.
Forcément, elle peut difficilement annoncer à son conjoint bien sous tous rapports qu'elle souffre d'un léger petit syndrome de lycanthropie. Cette belle façade se fissure dès qu'elle reçoit des appels au secours de sa "vraie" famille. J'ai apprécié bien des aspects de ce romans, je ne vais pas les détailler ici en long, en large et en travers. Si vous aimez l'urban fantasy bien écrite, bien traduite, qui ne s’embarrasse pas de clichés, où la violence et la vulgarité ne sont pas gratuits, c'est une idée lecture.


Enfin, je termine le mois sur un coup de cœur, à savoir la novella Rose-thé et gris-souris, de Marie-Catherine Daniel. Je ne sais même pas comment en parler !
C'est un roman si court, si faussement simple, si humain.
Et puis il y a Dégage... malgré son côté gros couillon tout pouilleux, ce chien est terriblement attachant.
Bref, je ne vais pas m'étendre : lisez-le, c'est un excellent petit roman contemporain qui vous fera voyager à la Réunion et vous montrera autre chose que les plages à touristes et les clichés de cartes-postales.

Note : la couverture de l'epub est vraiment moche et ne fait pas honneur au contenu. Là, clairement, je me demande ce qui est passé par la tête des personnes qui l'ont choisie. Sans blague.
Malgré son côté tristoune, la couverture de la version papier colle beaucoup mieux au roman, à son esprit, sans parler de l'aspect du chien. Du coup, je vous mets les deux !

  


Deux coups de cœurs, une lecture que j'ai adoré, une qui m'a juste fait passer un bon moment, deux epic fail et un abandon.
Le bilan de ce mois de novembre n'est pas si mauvais...


Bilan précédent : « Point rapide sur mes lectures... #05 », daté du 22 octobre 2014


8 commentaires:

  1. J'ajouterai, concernant le roman de Macada, que la couverture de la version papier correspond à un paysage vraiment réunionnais (végétation, architecture), tandis que l'autre, pas du tout.
    Je suppose que "Dégage" est un bon Royal Bourbon, comme on dit là-bas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu supposes bien ! C'est un roman qui se lit super vite, j'espère que tu auras l'occasion d'y jeter un oeil, histoire d'avoir ton avis.

      Supprimer
  2. J'ai adoré Morsure!!! Je note Rose-thé et gris-souris, suis très tentée!
    (je passe en coup de vent, suis débordée, complètement débordée!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'encourager à lire Rose-thé et gris-souris, c'est un petit roman doudou (il fait du bien au moral). Et son auteure est extra, accessoirement.

      Supprimer
  3. J'ai acheté la Meute du Phénix (à 1€ l'ebook, opé Bragelonne). Pourtant, j'avais lu le premier chapitre. Mais, parfois, j'aime bien lire des trucs horribles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semble que je sois victime du même travers... ^^
      (tout de même, heureusement que je l'ai aussi payé à low cost, celui-ci, sinion je ronchonnerais encore plus)
      (après, je sais, personne ne m'a obligée ni à l'acheter... ni à le lire en entier...)

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé Morsure et Capture aussi, j'ai lu la suite, mais j'ai fini par raccrocher. Pourtant, cette série est pas mal et loin des clichés. Si tu te lances dans la suite, hâte de voir ton avis.
    (oui je sais, c'est la première fois que je poste, pourtant je me fie beaucoup à tes avis qui sont souvent similaires aux miens)
    biz
    Najdah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, je suis en train de terminer Capture, et même si certains personnages, en particulier Winsloe, auraient mérité d'être plus nuancés, ça reste pour moi un sacré page-turner. Plus de 400 pages en moins de 3 jours, ça se pose là...
      Si j'ai bien suivi, la suite porte sur Paige et Savannah. Je ne sais pas si je vais poursuivre... Il faut que je vérifie si la "voix" de Paige me plait.
      Après, si tu me dis de foncer, je n'hésiterai pas quand j'aurai un peu éclusé mes PàL papier et numérique.

      Supprimer