10 septembre 2014

Dimension système solaire

Anthologie Science-Fiction / anticipation dirigée par Arnaud Pontier, éditions Rivière Blanche

Choses promises, choses dues, j’effectue mon retour de lecture sur Dimension système solaire en priorité !
En remerciant au passage l’éditeur pour m’avoir fait bénéficier de ce service de presse, qui m’a permis encore une fois de me régaler de l’une de ses publications (en plus j’adore la couverture, très old-SF, ça me rappelle tellement de bons souvenirs !).


Dimension système solaire c’est avant tout du dense, du lourd, avec pas moins de 29 auteurs au sommaire et environ 400 pages. Le tout début m'a vraiment perturbée car les deux premières nouvelles ont une intrigue de fond (ou du moins une idée de base) identique. Il est dommage que l’anthologiste n’ait pas su en retenir qu’une seule. À plusieurs reprises, au cours de ma lecture, j’ai ressenti cette même impression : l’anthologie aurait gagné à être moins dense, à ce que le choix des textes placés au sommaire soit plus sélectif. C’est une question de goût personnel, je m’en doute. Sans doute parce que j’ai trouvé certains textes excellents, beaucoup très sympas et que d’autres ne m’ont vraiment pas plu.
En conséquence, l’avantage certain de cette anthologie, c’est qu’il y a en a pour tous les goûts !
Avec un point important pour moi, les ambiances « old-SF » et le pulp sont particulièrement bien représentés, ce qui correspond complètement à mes attentes.

Je ne vais pas entrer dans le détail, je vous conseille juste la lecture de cette anthologie si vous êtes fan du genre et surtout, je vous invite à garder la nouvelle de Bénédicte Taffin, la toute dernière de l’anthologie, pour… la fin, justement. Rien que le titre, c’est tout un programme, et j’ai trouvé amusant de terminer sur une note joyeuse et décalée.

« Espace, frontière de l'infini vers laquelle voyage notre vaisseau spatial.. » Cette première phrase du générique de la série américaine Star Trek résume, mieux qu'un long discours, la fascination de l'espèce humaine pour l'inconnu, l'univers, son exploration et sa colonisation.
Le voyage est déjà immobile : dans la pensée, l'imagination, le rêve, dans le spectacle même du ciel, qui nous hypnotise. Il y a entre l'infini et l'éternité comme un glissement : partir vers les étoiles, c'est toucher du doigt la relativité du temps, la finitude de notre vie. C'est oser à la fois craindre et espérer, quémander l'immortalité aux dieux incertains de cette immensité.
Cette anthologie va vous transporter de la Terre à la comète de Halley, en passant par la Lune et dix-sept autres corps célestes de notre système solaire : un formidable voyage, sur des mondes fascinants.
En feuilletant ce livre, grâce à ces nouvelles, vous allez franchir cette frontière qui attire notre regard et notre imagination. C'est un pas vers l'étrange, l'incompréhensible, l'inattendu. Mais également un pas vers la joie, la peine, l'espérance, et la peur...

Les points forts de l’anthologie :
- la grande variété des textes
- la volonté de les limiter au système solaire
- la « old-SF » et le pulp très présents

9 commentaires:

  1. Merci pour la critique :-)
    29 textes, et moi et moi et moi ;-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta nouvelle, c'est bien "Planète mère" ? Elle fait partie de mes préférées de l'anthologie, l'idée était originale. Puis c'est un très joli texte, terriblement émouvant.

      Supprimer
    2. Je découvre cet avis avec retard, merci merci merci ! La j'ai la banane pour la journée :-D Sérieusement.

      Supprimer
  2. Merci d'avoir pris le temps de faire ce retour.
    Si tu te souviens de l'Hubris, quel a été ton ressenti ? Tous types de réponses acceptées (de "l'Hu-quoi ?" à "Beurk", en passant par "Super je l'ai même lue à mon chat" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, toi aussi tu as écrit une nouvelle que j'ai beaucoup appréciée ! La chute est très sympa, en plus, en demi-teinte car on ne peut pas éviter ce qui doit se passer, mais ce que remarque Nil apporte une touche d'espoir.

      Supprimer
  3. Merci de cet écho ! J'espère qu'il donnera à d'autres lecteurs l'envie de lire cette anthologie. Oui, j'ai parfois retenu des textes avec des sujets (presque) identiques, car leur approche était différentes et - c'est le cas de la Terre - vraiment intéressante... à mon goût. J'ai aussi mes textes préférés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, j'espère aussi que mon petit retour donnera envie à d'autres lecteurs d'adopter cette anthologie.

      Supprimer
  4. Merci également de ma part, quel que soit l'intérêt qu'ait pu générer ma facétie plutonienne! ^^
    Amitiés,
    Bruno

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il s'agit bien du texte auquel je pense, il m'a bien fait rire ! (ah, ces universitaires ! ;) )

      Supprimer