19 septembre 2014

Auteurs Anonymes vs Business plan

C’est à mon tour. Mon écart n’est pas dramatique, j’ai cependant du mal à prendre la parole. Un regard de ma voisine, qui vient de faire un excellent bilan, m’aide à me lancer. Il faut bien…
« Bonjour, je m'appelle Cécile, je suis une auteure anonyme.
— Bonjour Céciiiiile ! ânonnent les autres anonymes.
— Alors, quoi de neuf ? demande l’animatrice.
— Je doute toujours. Du coup, comme promis, j’ai débuté ma pause il y a deux semaines. Sans souci jusque-là. Pas une ligne d’écriture, ni de correction. J’ai même officiellement stoppé mon challenge 1er jet, sur le forum CoCyclics.
— C’est bien ! Très courageux !
— Mais j’ai craqué…
— Ooooh !
— J’ai un autre projet sous le coude, dont j’ai écrit le 1er volet en début d’année…
— Aaaaah ?
— Et je viens d’écrire le prologue du 2ème volet.
— Ooooh !
— Je suis désolée. Super confuse. »
Le jeune homme qui me fait face me regarde avec compassion. Lui-même a cédé et envoyé deux nouvelles à des appels à textes. L’attente le rend super anxieux. Nous échangeons un geste de sympathie. Après tout, nous sommes dans le même panier.
 « Juste le prologue ? me recadre l’animatrice. Cela nous fait quoi, deux pages ?
— Presque trois… »
J’ai honte d’avouer de nouveau ce travers, cette propension à m’étaler.
« Bien, ce n’est pas grave, Cécile… Voyons…
— Je dois l’effacer ? »
Le nœud dans mon estomac se resserre. Pas qu’il casse des briques, ce prologue, mais...
« Maintenant qu’il est écrit ? » hésite l’animatrice.
Un silence nerveux nous recouvre.
« C’est la suite de Devoir de réserve ? interroge une petite voix.
— Heu… Oui…
— Avec Benedikt ? »
La voix a changé. La timidité a laissé la place à… Je dévisage l’autre anonyme. Non, je ne rêve pas. De l’espoir et autre chose de beaucoup moins avouable. Mon regard croise celui de l’animatrice. Un sourire court sur ses lèvres. Elle ne cherche même pas à l’effacer. Je crains le pire.
« Vous avez écrit le prologue de Business plan, alors que vous vous étiez engagée à le débuter en 2015 ? »
J’acquiesce, pas fière du tout. Il faut assumer. L’un des rares hommes présents s’inquiète.
« Benedikt ? C’est un roman écrit à quatre mains ? Je comprends mieux, c’est facile de replonger quand on subit de mauvaises influences. »
Les femmes présentes lui expliquent qui est Benedikt. Ce qu’est Benedikt.
Avec force soupirs.
L’animatrice se tourne vers moi. Je ne rêve pas. Il y a une lueur gourmande dans son regard. Limite lubrique. Je me sens piégée.
« Bien. Voici le plus sage. Laissez vos lois du Carnaval de côté. Écrivez la série Archives confidentielles en priorité. Ce projet est plus simple, ludique. Il sera plus facile à aboutir. Cet exercice sera excellent pour vos problèmes de doutes existentiels.
— Ah… et ma pause ?
— Quelle pause ? »
Fichue.
Je suis fichue.


(j'ai le droit de trouver que Milan reste le plus sexy ?)

11 commentaires:

  1. Muahahahaha. Bon, vu qu'il y a un renard, je ne dirai rien de plus :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quel renard ! ;)
      (de toute façon, il fallait que je place cette photo, elle est vraiment sublime ; dommage que n'en connaisse pas les crédits)

      Supprimer
  2. J'ai hâte de retrouver suffisamment de temps libre (bientôt, bientôt !) pour pouvoir lire Devoir de Réserve. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout ton temps ! il est loin d'être abouti / complètement corrigé.
      (et ce ne sera pas pour tout de suite, à ce rythme)

      Supprimer
  3. Mais non, pas fichue, quelle idée. Tu as rejoint le club des auteurs tyrannisées par leur muse.

    Sauf que tu ne sais pas que tu en fais partie depuis des années quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était donc çaaaaa !
      On s'est fait avoir en beauté, non ?

      Supprimer
    2. parfaitement, et avec le sourire, en plus ! Hier j'étais coincée à me tourner les pouces, j'ai commencé un scénario steampunk. Logique.

      Supprimer
    3. Tout à fait. Logique.

      *essaye de ne pas glousser*

      Supprimer
    4. Genre.... Raté, je t'ai entendue XD

      Supprimer
  4. Mouhahahaaa !
    Que les Muses tyranniques sont indociles, mais quel bonheur pour nous autres lectrices !
    J'ai hâte de lire ça ! ; )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lâcheuse. J'espère bien que tu es au moins autant tyranisée que moi, pour la peine !
      (mais oui, tu auras la suite en excusivité dès qu'elle sera "montrable"...)

      Supprimer