29 avril 2014

La tête de l'emploi

Roman contemporain de David Foenkinos, éditions J'ai Lu.

Ce titre fait partie de ces livres suicidaires qui se jettent régulièrement dans mon panier / caddie, alors que je fais des courses. En effet, je suis si addict à la lecture et à l'achat de romans que toutes les occasions sont bonnes pour en grapiller, même quand j'ai pris la résolution d'être raisonnable (parce que j'ai une pile à lire proche de la centaine de titres...).

Là, on peut dire que la couverture et le titre ont attiré mon regard. La lecture de la 4ème de couverture et du début du roman m'ont convaincue de lui laisser sa chance.
J'ai bien fait, car il m'aura fait passer un bon moment de lecture, même si le narrateur est d'un genre très particulier. Comme le montre la couverture, il a une fâcheuse tendance à jouer l'autruche... mais sera bien contraint, à un moment ou un autre, de sortir la tête de son trou. Reste à savoir de quelle façon...


Je n'ai pas besoin de beaucoup m'étendre sur ce retour de lecture car la quatrième de couverture est bien conçue (j'applaudis le travail de l'éditeur à tous les niveaux, car côté marketing, j'ai eu la sensation que tout était juste et parfaitement adapté au roman). 
"La tête de l'emploi", c'est avant tout une tranche de vie, la dégringolade d'un quiquagénaire qui n'aspire qu'à poursuivre une petite vie tranquille et sans surprise quand autour de lui, tout évolue, le pousse, le bouscule. Il se raccroche à ses propres valeurs, tombe de haut en découvrant qu'elles ne sont pas partagées par ses plus proches... A commencer par son épouse, qui découvre avec le départ de leur fille qu'ils n'ont plus rien à se dire, quand lui s'accomode de ce qu'il pense être des silences complices.
La façon plus ou moins objective dont il décortique ses ennuis est pleine d'humour, même quand il sombre en pleine déprime. L'auteur parvient ainsi à livrer un texte léger et tragi-comique sans céder au pathos, alors qu'il n'aurait pas fallu grand-chose pour cela. Il s'en sort à merveille avec cet exercice d'équilibriste.

La relation entre Bernard et ses parents a sans aucun doute livré les passages les plus affligeants et cocasses à la fois du roman, car ils permettent de comprendre comment le narrateur s'est retrouvé amputé émotionnellement, incapable d'exprimer ce qu'il ressent, dès le plus jeune âge.
Cela explique aussi la solitude qui est la sienne, car il est incapable de tisser des relations autres que superficielles (le passage sur les "amitiés de confort" m'a marquée).
Plutôt passif car il n'est pas du genre à vouloir déranger, spectateur de sa propre dégringolade, je me suis surprise à sourire souvent face aux réactions de Bernard, ses décisions prises à la va-vite ou parce qu'il se retrouve poussé dans ses retranchements. Dans le contexte, la relation avec sa fille est particulièrement touchante.

En résumé, c'est un bon petit roman contemporain qui parle intelligemment d'un phénomène de société qui fait beaucoup de dégats, sans céder à la facilité, grâce à un style plein d'humour désabusé, tout en finesse. J'ai eu envie de secouer Bernard, à plusieurs reprises, mais plutôt pour son bien car il est terriblement attachant, avec son côté bernique qui veut absolument retrouver son rocher et rester accrochée dessus.

À 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu'à la fin de ses jours. Mais parfois l'existence réserve des surprises... De catastrophe en loi des séries, l'effet domino peut balayer en un clin d’œil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l'on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n'était pas armé pour affronter ce qui l'attendait.
Buster Keaton post-moderne, il va devoir traverser ce roman drôle et mélancolique pour tenter de retrouver sa place dans un monde en crise.

Les plus du roman :
- l'autodérision du narrateur
- les jolies trouvailles stylistiques
- le ton à la fois juste, nostalgique, désabusé et léger
- les situations, à la fois si communes et si drôles

2 commentaires:

  1. J'ai adoré ce roman ! Le style est fluide et les réflexions très justes. La plume de l'auteur est tellement agréable à lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton passage, Serena ! Ça fait plaisir de croiser une lectrice qui a apprécié les mêmes qualités dans ce roman.

      Supprimer