10 janvier 2014

Chaises musicales...

Pour ce soir, vous aurez droit à un article d'apprentie scribouillarde.
Si si. Je me doute que ça ne vous avait pas forcément manqué.
Tsssss, arrêtez donc de soupirer, si vraiment ça ne vous intéresse pas, retournez faire vos soldes en ligne... dans le cas contraire, welcome !

Tout d'abord, un constat. Chaque roman sur lequel je suis amenée à travailler se conçoit, s'écrit et surtout se corrige de façon différente. Soit je suis irréversiblement inconstante, soit j'aime de façon manifeste multiplier et expérimenter les erreurs, mais pas toutes en même temps.

Sur le Livre 1 de Romane, en dehors du problème structurel (que j'ai renoncé à corriger), j'avais surtout de gros soucis de caractérisation des personnages. Et de gestion des sentiments amoureux, aussi...
Sur le Livre 2 de Romane, je me suis cassée le nez sur les scènes d'action. Pas nombreuses, mais vitales. J'ai saigné pour les réécrire. Et ce ne fut pas mieux côté gestion des sentiments amoureux...
Sur Le cahier d'histoires, j'ai employé un concept - Louison et Dany partagent des histoires, qui entre autres scellent leur amitié - sans aller au bout de l'idée de façon concrète. J'ai dû rajouter cette matière qui manquait (= les histoires en question, j'en ai bavé).
Sur La pelote d'épingles, j'ai eu quelques soucis de liaison, qui ont nécessité d'ajouter de la matière (1 chapitre entier, entre autre), le prologue ne convenait pas du tout (même s'il était kitch et drôle), et il y avait d'autres trucs mais je ne me souviens plus des détails.


Suite au retour de Chapardeuse sur La canne au pommeau d'argent, je découvre une nouvelle catégorie de soucis. 
Notez que Chap' est une héroïne, elle a eu le courage de lire un premier jet brut de décoffrage car je ne voulais pas perdre une miette de temps à corriger ce texte s'il s'était révélé bon pour la poubelle... (et elle m'a écrit qu'elle espère que je ne retirerai pas une certaine scène chaude, ça fait plaisir ! surtout que j'étais persuadée qu'elle me dirait le contraire, ahem).

Dans tous les cas, vous vous doutez que si j'en parle, de La canne, c'est que j'espère lui éviter cette triste fin prématurée à laquelle je songeais initialement.

Vu l'énorme travail de préparation auquel je me suis contrainte pour ce roman dédié à Sandra et Max (Maaaaax ! mon loulou !... ahem, ne cherchez pas, je l'aime d'amour, et j'espère qu'un jour vous aussi), je pensais que ça roulerait. Eh bien non.

Cette fois-ci, je suis confrontée à un véritable défi : le roman souffre d'une problématique structurelle, avec des longueurs qui noient l'intrigue. Pas question de laisser en l'état. Cela plombe la lecture.
Actuellement, le roman tient sur 27 chapitres. 
> jusqu'au chapitres 7 / 8, ça va, j'ai juste des longueurs à supprimer ;
> à partir du chapitre 22, idem
... mais entre les deux...on va dire que tout le monde se promène, papote. Ce n'est pas qu'ils oublient qu'il y a un membre de la famille qui risque sa peau... ce sont les lecteurs qui le perdent de vue.
J'ai cogité et je ne vois qu'un moyen de régler le souci : changer certaines scènes de place, remanier le déroulement de l'intrigue pour la condenser sur l'essentiel, virer tout ce qui n'est pas nécessaire.
Les mêmes évènements essentiels vont se dérouler en 3 jours au lieux de 5.

Je vais jouer aux chaises musicales. 
C'est chaud, pourtant ça ne me fait pas peur. 
Déjà, ce n'est pas de la réécriture, même s'il y aura ensuite de grosses corrections à apporter pour lisser.
Ensuite, j'ai déjà pratiqué l'exercice à moindre échelle avec les derniers chapitres du roman (pour la peine, ceux-là ont été partiellement réécrits). Comme ces chapitres fonctionnent, ça me met un peu en confiance.
Dans tous les cas, c'est la première fois que je me lance dans un tel chamboulement structurel, à l'échelle d'un roman... sachant qu'il ne jouera :
- ni sur la caractérisation des personnages ;
- ni sur l'intrigue principale.
C'est plutôt une question de rythme, de tempo, de mise à disposition des informations.
Cela ne change rien au synopsis du roman, ce qui est assez surprenant.

Reste à espérer que ce lourd travail de fond ne me prenne pas trop de temps... et s'avère payant !

Je vous tiendrai au courant !

4 commentaires:

  1. Chapardeuse11 janvier, 2014

    Nouvel exercice, nouveau défi, dont tu vas te sortir haut la main !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kof. Kof. Kof. Disons que je l'espère !... :))

      Supprimer