21 août 2013

[Série] Rebecca Kean

Romans bit-lit de Cassandra O’Donnell, traduit par Nathalie Gendre, éditions J’ai Lu

Voici une série dont je sais que je ne la suivrai pas… Le premier tome ne m’a pas convaincue et je préfère en rester là. Sans vouloir décortiquer à tout prix, j’ai eu du mal dès le départ et cela ne s’est pas arrangé par la suite. J’ai tout de même réussi à terminer ce tome 1, ce qui est un bon point pour l’auteur. Je préfère tout de même m’abstenir de lire la suite.

Tome 1 : Traquée

Ma lecture de ce roman commençait mal… Il y a un cadavre au milieu d’une route (une route américaine, rien à voir avec les nôtres, a priori, en matière de largeur) et Rebecca hésite entre… rouler sur le corps ou le déplacer.
Elle ne songe même pas à le contourner, ni vue ni connue.


Puis apparaît le premier mâle, un vampire si beau que c’est véritablement surréaliste.
Et ça va être ainsi pendant tout le roman :

Des mâles plus parfaits les uns que les autres, tous prêts à mettre Rebecca dans leur lit (on n’est plus dans le triangle amoureux, là, car il y a en vrac vampire, demi-démon, garou…).

- Une héroïne franchement pas crédible, qu’on nous présente comme une super sorcière guerrière mais qui… ne porte pas de culotte, vous comprenez, ça fait des traces sous la jupe !
Quelqu’un lui a parlé de string ou de lingerie invisible sans couture ? Blague à part, pour le coup, après avoir lu des séries présentant des femmes « fortes » bien plus crédibles (ou du moins nettement moins nunuches et superficielles), j’avoue que j’ai eu du mal. Beaucoup.
Je n’ai pas beaucoup accroché le roman. Que ce soit pour la caractérisation des personnages, l’intrigue, le décorum, j’ai globalement été déçue. D’ailleurs, le titre « Traquée » me faisait attendre autre chose. Au final, l’héroïne ne l’est absolument pas, je ne l’ai sentie à aucun moment en danger et soucieuse de se faire petite (ce qu’elle prétend au départ). Quand on a dévoré les Kate Daniels peu de temps avant, ça ne tient pas la comparaison.

Nouvelle-Angleterre, Burlington... Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...

Les plus du roman :

Pour être honnête, j’ai du mal à en trouver car ce n’est clairement pas une série pour moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire