7 avril 2013

Le faucon déniché



Roman historique de Jean-Côme Noguès, éditions G.P. (éditeur original), Pocket jeunesse (poche).

Quand j’étais petite (sans commentaire, ça remonte), j’ai lu ce roman qui m’avait beaucoup marquée. Il m’avait laissé des impressions puissantes mais, au fil des années, j’ai oublié les détails de l’intrigue et toutes ces petites choses que j’avais tant aimées, ne conservant que le souvenir d’un livre à la fois beau et cruel.


Lorsque je suis tombée dessus en librairie, j’ai cédé à l’envie de l’acheter pour le relire, et m’imprégner de nouveau des aventures du jeune Martin. J’ai ainsi pu retrouver ces détails qui m’avaient échappés. L’accident provoqué par la curiosité de Martin, qui l’oblige à apprivoiser un jeune faucon alors qu’il n’en a pas le droit. Son acte égoïste envers l’oiseau quand on veut le lui retirer, sa captivité en représailles, puis le retournement de situation quand sa bravoure sauve le château et la population…
Quarante ans après sa première parution, ce roman est toujours édité. Il est devenu un classique pour la jeunesse, ce que je trouve mérité. C’est un beau texte, fort, avec une intrigue qui tient en haleine tant on s’attache à Martin. Et contrairement à ce que croient les détracteurs de la littérature jeunesse, tout n’est pas « guimauve au royaume des bisounours » dans les lectures destinées aux enfants et ados, la preuve avec Le faucon déniché, qui a sa propre part de cruauté.

Un faucon ! Martin adorerait en avoir un. Hélas, seuls les seigneurs ont ce droit. Et le jeune garçon est un serf... Malgré les lois féodales, Martin déniche un jour un oisillon... " Personne jamais, ne nous séparera. Personne !" murmure Martin à son nouvel ami. Mais dans l'ombre de la forêt, l'impitoyable fauconnier du château veille... Il veut faire du rapace l'oiseau le plus féroce, le plus avide et le plus cruel de la fauconnerie...

Les plus du roman :
- les descriptions de la vie au moyen-âge
- la relation entre l’enfant et le faucon
- le fait que ce soit de la littérature jeunesse sans guimauve


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire