31 janvier 2013

Le duc de Fer

Roman uchronique / romance steampunk de Meljean Brook, traduit par Agnès Girard, éditions J’ai Lu.

Parlons peu, parlons bien : voilà un roman qui avait tout pour me plaire… tant que les personnages principaux ne s’adonnaient pas à des échanges qui n’ont pas été sans me rappeler du Harlequin. Rien à faire, dès que Rhys et Mina parlent d’eux / parlent sexe, un warning « fantasme d’auteur » s’allumait quelque part dans ma tête et ça m’a bien pourri la lecture. J’ai appris entre temps que c’est peut-être ça qu’on appelle « l’érotisme vanille », si c’est bien le cas, très peu pour moi, ça me donne de l’urticaire. Non mais, sans déconner, aucun homme normalement constitué ne parle naturellement ainsi, qui plus est un ancien pirate ! Cela décrédibilisait le personnage de façon systématique à mes yeux. Le truc que j’aurais dû tilter, c’est qu’il y a un petit « pour elle » sous le logo de l’éditeur, ceci expliquerait-il cela ?


Ce « léger » détail est d’autant plus dommageable que le roman a de sacrées qualités, c’est d’ailleurs ce qui m’a permis d’en finir la lecture. L’univers, une uchronie steampunk, est fouillé et cohérent, offrant ainsi aux différents continents, l’Europe en particulier, un visage géo-politique très dépaysant. L’intrigue se tient, elle est même particulièrement sympa, assez proche d’un thriller mâtiné d’aventures et reliée à l’univers (le steampunk n’est pas juste un décorum, et ça j’ai apprécié). La galerie de personnages secondaire est elle aussi travaillée et réussie. Vraiment, je trouve dommage que la partie romance soit aussi imbuvable, avec ses dialogues hallucinants et ses ressorts façon câble d’ascenseur. Sans ça, ce roman aurait sans doute été un coup de cœur, à la place, il m’a laissé une impression de gâchis.

Il a libéré l'Angleterre du joug de la Horde. Pour tous, il est le duc de Fer, héros craint et adulé. Pourtant, quand un homme assassiné est retrouvé chez lui, Rhys Trahaearn comprend que certains ne le craignent pas. A commencer par Mina Wentworth, chargée de l'enquête. Séduisante, mystérieuse... et très douée. La posséder devient bientôt l'unique quête de Rhys, alors qu'une conspiration menace l'Angleterre.

2 commentaires:

  1. ;) Mais toutes les histoires ne sont -elles pas issues d'un "fantasme" d'auteur ? ;) :)
    Merci pour ta critique et a bientôt !
    -M-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien !
      Pour répondre à la question, je pense que non, et c'est heureux ! (après je n'ai rien contre les fantasmes des autres, mais quand ils décrédibilisent un personnage, ça ne me donne pas forcément envie de les partager)

      Supprimer