6 octobre 2012

La fabuleuse histoire de Jenny B

Roman jeunesse de Jacqueline Wilson, avec les illustrations de Nick Sharratt, traduit par Vanessa Rubio, éditions Gallimard Jeunesse / Folio Junior.

J’ai découvert ce petit roman par accident, au printemps dernier, alors que je travaillais sur les bases de mon projet jeunesse. J’étais alors pleine de doutes concernant Le cahier d’histoires : pouvais-je utiliser le présent et la première personne ? Jusqu’où pouvais-je aller dans le franc parlé de ma jeune « héroïne », et plein de questions plus ou moins pertinentes.
Kira m’avait alors sorti une sacrée épine du pied en affirmant : « Si tu veux écrire du jeunesse, relis-en ! » C’était une évidence, mais je n’en avais pas sous la main… Alors j’ai fait une petite virée dans un rayon pour regarder ce qui existe. Là, j’ai redécouvert.
Tout d’abord, première surprise, le nombre de romans que les enfants peuvent dévorer est juste hallucinant. Deuxième surprise, moins sympa, certaines collections de mon enfance ne sont plus ce qu’elles étaient (snif). Au final, vu l’énorme choix, je me uis mise à chercher des œuvres qui utilisent la narration vers laquelle je tendais : narration à la première personne, au présent.
J’ai ainsi mis la main sur Jenny B, ainsi que sur un autre roman que je chronique dans la foulée.


Jenny B a été une bonne surprise. C’est un petit roman très léger, facile à lire, dans lequel on entre immédiatement. Jenny est super attachante malgré son caractère particulier, marqué par des troubles du comportement bien rendus (vu que tout est de son point de vue, l’exercice était loin d’être facile !). Comme souvent dans les romans jeunesse, il y a aussi une grande part de cruauté dans cette histoire, pourtant l’auteure s’en est très bien tirée à mon avis, sur un sujet difficile, car le ton adopté y fait beaucoup.
J’avoue que ce roman a été un plaisir et qu’en plus, il m’a énormément aidée et décomplexée. J’ai très envie d’en découvrir la suite, c’est dire ! Comment ça, j’ai passé l’âge ? Nanméo !

« "Il était une fois une petite fille qui s'appelait Jenny Bell..." On dirait le début d'un conte de fées. J'ai dix ans, j'habite dans un foyer pour enfants parce que ma mère est partie... Enfin, je suis sûre qu'un jour elle reviendra me chercher. En attendant, j'ai décidé d'écrire mon histoire, une histoire qui finira bien, j'espère ! »

Les plus du roman :
- la voix de Jenny
- le sujet abordé (pas le plus facile !)
- les illustrations rigolotes
- les échanges épistolaires entre Jenny et Camilla

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire