6 octobre 2012

Comment éduquer ses parents

Roman jeunesse de Pete Johnson, traduit par Bernard Fussien, éditions Gallimard Jeunesse / Folio Junior.

Comme je le disais que sujet de La fabuleuse histoire de Jenny B, j’ai aussi acquis ce petit roman par accident, au printemps dernier, alors que je travaillais sur les bases de mon projet jeunesse.  Autant j’ai été séduite par Jenny B car je voulais savoir comment l’auteur s’en était sortie avec un sujet aussi difficile, autant j’avoue que pour Comment éduquer ses parents, c’est le titre qui m’a interpelée. Je l’ai trouvé très drôle et lorsque j’ai découvert le pitch (qui dénonce très clairement les méthodes d’éducation intensives qui ne laissent plus respirer les enfants) et qu’en plus c’était écrit à la première personne et au présent, j’ai adopté le roman.


Je ne regrette pas car je me suis énormément amusée avec ! Louis est extra, débrouillard, il n’a pas la langue dans la poche et sait ce qu’il veut. Maddy est aussi une sacrée nana dans son genre. A eux deux, ils forment une paire qui fonctionne bien, surtout quand il faut discuter de la façon dont éduquer ses parents pour ne pas se laisser bouffer par eux…
Ce roman-là m’a beaucoup aidée en me montrant que pour un roman destiné aux enfants de 10 ans et plus, on peut y aller franchement du côté du ton et aussi du fond. Ce ne sont pas des sucres d'orge fragiles qu’il faut enrober de coton. Il m’a encore plus décomplexée que Jenny B, et en plus je l’ai trouvé bien plus à mon goût, à cause de son petit côté irrévérencieux.

Par contre, j’y ai aussi retrouvé le côté « journal » de Jenny B et là j’avoue que, malgré le côté pratique, j’ai décidé de ne pas adopter cette option pour mon propre projet.

Je m'appelle Louis. je ne suis pas ce qu'on appelle un enfant difficile, mais je ne suis pas non plus du genre à me tuer au travail, à rester des heures devant un exercice de maths. Enfin, vous voyez ce que je veux dire... Moi, j'aime bien rigoler, je voudrais d'ailleurs devenir comique plus tard. Tout allait bien dans ma vie, jusqu'au jour où mes parents ont décidé de faire de moi un enfant modèle. Alors là, j'ai carrément dû prendre les choses en mains !

Les plus du roman :
- le caractère très pince sans rire de Louis
- la personnalité de Maddy et sa vision de l’éducation parentale
- la critique de certaines méthodes d’éducation
- le ton global du roman, qui ne fait pas de cadeaux aux adultes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire