13 avril 2012

La ligne de sang

Thriller fantastique de DOA, éditions Fleuve Noir (aussi paru en poche).

Encore une fiche de lecture façon recyclage, car j’ai lu ce roman en 2007. Je l’avais alors qualifié de « belle surprise », ce thriller mâtiné de fantastique. J’avais particulièrement apprécié que la part fantastique, aussi sombre soit elle, soit pleinement assumée et revendiquée par l’auteur. Cela en fait un thriller effrayant, angoissant, un vrai beau roman terreur. Bien glauque aussi, je ne suis même pas certaine que je pourrais le lire maintenant, vu que j’ai eu du mal avec L’Ange noir et que je n’ai même pas eu le courage de terminer Un autre, qui marchent sur des plate-bandes similaires (même s’ils sont très différents).


Je n'en dis pas plus, mais je préfère prévenir, ce livre va très loin et certains passages sont durs, âmes sensibles s'abstenir (de toute façon c'est bien un livre pour adultes, eu égard aux scènes chaudes). Il s'agit d'un polar matiné de sciences occultes, avec une touche de fantastique bien exploitée qui fait froid dans le dos.
Pour ma part, il y a juste un détail sur lequel je trouverais à redire mais c'est tout à la fin donc je n'en parlerai qu'avec ceux qui l'ont lu.
La quasi totalité du roman se passe à Lyon, avec une escapade en Chartreuse, on évite les poncifs des polars américains, et j'ai peu dormi pendant les quelques jours qu'il m'a fallu pour le lire, ce qui est pour moi révélateur du fait qu'il accroche bien.

Cela n'aurait pu être qu'un banal accident de moto sur les hauteurs de la Croix-Rousse. Un homme dans le coma victime d'un accrochage… C'est le début d'une enquête des plus troubles menée à l'instinct par les officiers de police Marc Launay et Priscille Mer. La victime, entourée de mystères, est bien trop inquiétante. Tout sue l'angoisse et la peur dans sa grande maison vide. Trop de portes fermées, de questions, de silences oppressants. Sa compagne même a disparu, comme volatilisée dans son appartement, et personne ne sait rien. Jamais elle ne mentionnait son nom. Jamais elle ne parlait de lui. À sa demande. Comme s'il avait voulu ne jamais exister. Comme s'il avait souhaité que personne ne puisse un jour savoir ce qu'il était vraiment…



Les plus du roman :
- l’efficacité de l’intrigue
- l’exploitation des sciences occultes
- la caractérisation des personnages

1 commentaire:

  1. Pour info, j'ai offert mon exemplaire de La ligne de sang à Louve... la discussion se poursuit sur le forum Mort-Sûre.
    Ce roman reste un des meilleurs thriller fantastique que j'ai lus, je suis donc toujours surprise de ne pas en avoir plus entendu parler.
    http://www.mort-sure.com/t3610-doa-la-ligne-de-sang#30738

    RépondreSupprimer