26 mars 2012

Les enchantements d'Ambremer

Roman d’uchronie féérique de Pierre Pevel, édition Le Livre de Poche (Le Pré aux Clercs).

Ce roman-ci, bien que ce soit un modeste poche, ne quittera plus mes étagères : j’ai eu trop de mal à mettre la main dessus (au final, il est arrivé chez moi tout seul).
J’en avais entendu parler l’an dernier sans y prêter plus attention que ça (alors que l’enthousiasme des amies qui l’ont lu aurait dû m’interpeler). Lors des Imaginales 2011, j’ai croisé son auteur lors de l’une de ses séances de dédicaces et il me l’avait conseillé – Pierre fait partie de ces auteurs qui prennent soin de leurs lecteurs et leur demandent ce qu’ils aiment lire, les aiguillant ensuite sur les titres susceptibles de leur plaire dans sa bibliographie. Ayant déjà acquis de sa part l’omnibus de sa trilogie Wielstad, ainsi que d’autres romans, je m’étais promise de repasser plus tard pour Les enchantements car j’étais chargée façon âne bâté.
Forcément, j’ai oublié revenir pour acquérir Les enchantements d'Ambremer… (mémoire de poisson rouge).



Six mois plus tard, sachant que Pierre venait aux Utopiales, j’espérais que le roman y serait présent. Manque de chance, il n’y avait qu’un seul exemplaire que je n'ai pas vu et il m'est passé sous le nez (heureusement, pour aller chez une personne qui l’a sans doute apprécier autant que moi !).

Au final, une personne qui était au courant de ma recherche me l’a offert et c’est vraiment un beau cadeau car j’ai passé un merveilleux moment de lecture avec ce roman enchanteur.
Imaginez !
Paris, au début du XXème siècle… envahie par des créatures féériques. Il est possible de discuter avec des arbres, ainsi qu’avec des chats pourvus d’ailes. Des cercles de mages veillent sur la bonne utilisation de la magie et surtout des objets enchantés. Pour se rendre en Ambremer… il suffit de savoir prendre le bon métro.
C’est autre chose, n’est-ce pas ?
Note personnelle : j’ai trouvé le fait de choisir un couple séparé, pour personnages principaux, à la fois original et judicieux. Les relations du duo obtiennent ainsi plus d’ampleur tout en évitant les clichés d’une romance basique. Ce qui ne m'a pas empêché de rire lorsque Griffont utilise sa magie pour effacer certaines marques de laisser-aller afin de se montrer sous son meilleur jour (la magie ferait une rude concurrence aux salles de sport !).
Cela donne des échanges et des dialogues souvent très fins et drôles, sans oublier qu’il s’agit avant tout d’une enquête, avec trafics d’objets enchantés et meurtres à élucider. Ce qui fait que les personnages secondaires ne sont pas en reste (le duo qui accompagne Isabel de Saint-Gil est particulièrement réussi dans son genre).
Bref, Les enchantements d'Ambremer forment un petit roman léger de ton qui fait du bien au moral, sans pour autant oublier de jouer sérieusement au polar.

Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes… et une ligne de métro relie la ville à l’OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer.
Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L’affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d’immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l’association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...

Les plus du roman :
- les décors enchanteurs (le Paris de la Belle Epoque, sous cette forme, c’est un vrai bonheur)
- les gargouilles, les arbres qui parlent et les autres créatures (Azincourt est juste parfait !)
- les prises de bec entre les personnages principaux
- la plume légère de l'auteur
- la féerie

4 commentaires:

  1. La relation de Griffont et d'Isabel est l'une des choses que j'aime le plus dans ce roman :D

    C'est mon livre préféré de Pevel, mais le deuxième tome est encore mieux ! Mais tu risques d'avoir VRAIMENT du mal à retrouver, puisqu'il est indisponible et introuvable ... sauf si tu as de la chance en 2nde main, sur le net (et encore, c'est difficile) ou en biblio.

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de regarder ! L'Elixir d'oubli se trouve en occasion, mais pas à moins de 30 €... Je sens que je vais avoir du mal à mettre la main dessus. :(
    Dommage qu'il ne soit pas sorti en poche, lui aussi (pourvu que l'éditeur - ou l'auteur - lui offre une deuxième vie sous format électronique !).

    RépondreSupprimer
  3. Oh je ne connaissais pas du tout, mais ta fiche me donne sacrément envie de le lire !
    Je note le titre. Merci !

    RépondreSupprimer
  4. De rien ! :)
    C'est vraiment une belle lecture que je conseille quand on a envie de s'évader.

    RépondreSupprimer