4 janvier 2012

Au pays de la mémoire blanche

Artbook / album graphique de Carl Norac et Stéphane Poulin, éditions Sarbacane.

J'en avais parlé à mon retour des Utopiales, regrettant déjà de ne pas l'avoir acheté sur place (mais j'avais explosé mon budget livres, donc impossible d'y ajouter celui-ci, que j'aurais en plus risqué d'abimer).
J'ai pu le récupérer par un autre biais, surprise par le prix abordable vu le format et le nombre de pages (25 €).


Cet artbook est absolument mer-veil-leux. D'une grande tristesse aussi, là cause de l'ambiance et de la mélancolie du personnage, qui imprégnent tant le texte que les illustrations. Mais il rêve les yeux ouverts, ce personnage, sur la page blanche de son esprit, chaque regard qu'il croise, chaque scène dont il est témoin, se gravent et accroissent sa résolution.
Derrière une écriture poétique se cachent de vraies réflexions sur la guerre, l'intolérance, les ghettos, la perte d'identité, la peur, le poids du regard des autres, ainsi que... la liberté, le rêve, l'entraide et l'espoir, tout simplement.
Oui, je sais, ça peut paraître beaucoup, et pourtant quand on en tourne les pages, ça coule tout seul.

Un bijou.

(de plus, en l'achetant, on soutient Amnesty International)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire