8 février 2011

Coraline, Neverwhere, Stardust

Romans fantastiques et urban fantasy de Neil Gaiman.

Coraline : traduit par Hélène Collon, éditions Albin Michel,

Stardust : traduit par Frédérique Le Boucher, éditions Au Diable Vauvert (existe en poche, c’est d’ailleurs la seule illustration de couverture que j’ai trouvée).

Neverwhere : traduit par Patrick Marcel, poche J’ai Lu (là c’est l’inverse, j’ai la version poche mais c’est la magnifique couverture des éditions Au Diable Vauvert que j’utilise, sachant que celle de la version poche est aussi très sympa).

Je préfère pooler ces trois lectures en une seule fiche car cela me permettra d’écrire une seule fois mon ressenti.
Si Neil Gaiman est considéré comme un dieu vivant par de nombreux lecteurs, je dois avouer platement que je n’en suis pas. Après Neverwhere et Stardust, lus respectivement en 2009 et 2007, Coraline a été ma troisième déception avec cet auteur (en 2010 cette fois). Je n’accroche décidément pas. Je suis incapable d'expliquer ce qui ne fonctionne pas entre l’écriture de Neil Gaiman et moi, ce qui est certain c’est que je ne m’acharnerai plus, je me suis faite une raison.


Contrairement à mes deux premières lectures de Neil Gaiman, Coraline est clairement un roman jeunesse, avec tout de même un fond glauque assez étonnant vu le public visé. Il se lit bien, comme tous les romans de l’auteur dont le style est fluide, et j’avoue que je demande à voir l’animation qui en a été tirée (je l’ai manquée lors de son passage au cinéma).
Après, j’aurai du mal à en parler davantage vu que la rencontre ne s’est pas faite. 
Cette lecture m’a laissé un sentiment de malaise persistant.


Neverwhere, je l’ai davantage aimé, je dirais même qu’il a été mon préféré des trois, surtout que l’anti-héros passif qui sert de personnage principal a été bien exploité. Sauf que… La lecture m’a tellement marquée que je suis incapable de me souvenir de la fin. Non, inutile d’insister, je ne vais pas m’amuser à le relire.


Stardust quand à lui m’a franchement déçue, d’autant plus que pour une fois, j’ai vu le film tiré du livre avant ma lecture… Et j’avoue que malgré certaines longueurs, j’ai trouvé le film bien meilleur. Surtout que le personnage interprété par Robert de Niro était de loin mon préféré et… il n’existe pas dans le roman ! Les scénaristes ont donc inventé de toute pièce un personnage qui a énormément apporté au film, par son dynamisme et l’humour lié aux situations qu’il traverse ou provoque, et cela m’a cruellement manqué dans le roman. En plus, je ne l’ai pas trouvé drôle, ce roman (un peu cynique, un peu ironique, mais pas de quoi rire).

Voilà donc, je l’avoue platement, les romans de Neil Gaiman ne sont pas pour moi et je renonce à en lire d’autres. Maintenant, vous pouvez huer…

Un jour si j’ai le courage, je vous parlerai de l’autre auteur de génie super adulé, idolâtré, encensé avec lequel je n’ai pas d’affinité. Il faut juste que je me prépare un bouclier car là, on pourrait me jeter des pierres (pourtant, pareil, j’ai lu au moins 3 des ses titres avant de m’avouer vaincue, alors que j'ai adoré la plupart des films scénarisés à partir de ses romans).

12 commentaires:

  1. Hin, tu aimes pas Stephen King ??????? (j'essaie de jouer aux devinettes ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas forcément fan de King (pas au point de lire TOUS ses romans) mais ce que j'ai lu de lui m'a bien plus /accrochée, donc ce n'est pas lui !
    Cherche encore !

    Piste énorme : c'est un auteur français.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai lu que Stardust de Gaiman et j'ai eu le même ressenti que toi. J'ai été déçue. Mais je ne peux pas me faire une idée sur un seul livre.

    C'est pas Oliv qui est fan de Gaiman ? Je crois que j'avais vu pas mal de ses bouquins dans sa bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  4. Roanne : Zola ?

    J'avoue que pour ma part, j'adore Gaiman. Je pense qu'on a une approche de l'écriture courante, au sens où ses personnages me parlent (sauf les héros, paradoxalement, qui sont souvent très fades), où ses ambiances sont proprement géniales, ses mondes super fouillés, mais où les intrigues sont souvent limites. Un peu les mêmes forces et faiblesses que moi, en gros. Sauf que lui est bien meilleur.

    RépondreSupprimer
  5. Nyna : je ne peux pas te dire, j'ai surtout bugué sur sa collection de Pratchett.

    Oph : ce n'est pas Zola mais tu chauffes : c'est aussi un auteur décédé depuis longtemps.

    Tu pourrais avoir des surprise quand ton roman sera édité, car si je suis fan, je serai la première à affirmer que tu es meilleure que Gaiman !

    RépondreSupprimer
  6. (surprises avec un "s", je fatigue...)

    RépondreSupprimer
  7. Non plus ! (honte à moi, je n'ai lu aucun livre de Victor Hugo...)
    Un indice ? Beaucoup plus "populaire".

    RépondreSupprimer
  8. Euh La Fontaine ? lol. J'avoue que tu me perds un peu. Allez, dis nouuuuus !

    RépondreSupprimer
  9. Ce serait trop facile !
    Je récapitule :
    - auteur masculin
    - décédé depuis longtemps
    - romans très populaires
    - beaucoup scénarisés par le cinéma et la TV
    Ce n'est ni Stephen King, ni Victor Hugo, ni Zola, ni La Fontaine.
    Indice énorme : il a écrit des romans épiques et historiques pour son époque (gavés d'erreurs, surtout vu les libertés qu'il prenait avec les personnages célèbres pour les besoins de ses intrigues). Il a aussi écrit des romans qui se déroulaient à son époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dumas ?
      (Plus d'un an après... ^^)

      Supprimer
    2. C'est juste ! ^^ (j'avais oublié de donner la réponse ici, quelqu'un l'avait trouvé sur FB, l'an dernier, et je n'avais pas relayé)

      Supprimer