31 octobre 2010

Le monde de Sophie

Roman sur l'histoire de la philosophie de Jostein Gaarder, traduction Hélène Hervieu et Martine Laffon, Editions du Seuil.

Voilà un roman qui m'a donné bien du mal... Je l'ai commencé il y a cela de quelques années, sur les conseils d'une collègue qui l'avait adoré. Alors que j'étais bien rentrée dedans, j'ai été contrainte d'en stopper la lecture à cause des aléas de la vie. Je l'ai redécouvert en déballant des cartons, un peu poussiéreux, heureusement identifié d'un marque page. 


Me souvenant de ce que j'avais lu, je n'ai pas repris depuis le début afin de continuer sur ma lancée. Derrière le prétexte de vulgarisation de la philosophie, j'ai surtout eu le plaisir de découvrir une histoire sympathique, limite fantastique, avec des personnages attachants. Ce qui m'a surtout plu, c'est la maîtrise de l'univers créé par l'auteur autour de Sophie, je n'y ai pas trouvé les défauts du roman Le théorème du perroquet, de Denis Guedj, qui m'avait laissée sur ma fin à cause d'une multitude de portes laissées ouvertes et des personnages très surfaits.
Le monde de Sophie raconte dans les grandes lignes l'histoire de la philosophie avec une légèreté rafraîchissante.
Les plus du roman :
- les personnages, très attachants ;
- l'approche de l'histoire de la philo, jamais "soûlante" (je comprends que l'on conseille ce livre aux lycéens) ;
- le gros retournement en milieu de roman (impossible d'en dire plus sans spoiler sauvagement) ;
- le côté frais et naïf du tout, un exploit vu le sujet principal qui n'a rien de léger.
(je défends aux mauvaises langues de prétendre que je tente bassement de relever le niveau à la suite de la chronique précédente..)

1 commentaire:

  1. Ce livre m'avait révolutionnée quand j'avais quatorze ans :) Il faudrait que je le relise, ça me ferait du bien...

    RépondreSupprimer